Centrafrique: Samba Panza joue sa dernière carte politique

Publié le 27 juin 2014 , 12:34
Mis à jour le: 27 juin 2014 12:34

Corbeau news 27-06-2014

Élue le 20 janvier dernier comme Présidente de transition en Centrafrique par le Conseil National de Transition (CNT) pour succéder à Monsieur Michel Djotodia contraint à la démission pour son incapacité à mettre fin aux tueries interreligieuses, Madame Catherine Samba Panza (CSP) devrait jouer, à quelques mois de la fin de la transition, sa dernière carte politique.

catherine-samba-panza

 

Selon plusieurs sources émanant du milieu diplomatique occidental et  africain, le nom de la Présidente de transition en Centrafrique Madame Samba Panza fait petit à petit son chemin pour une éventuelle succession à Madame Nkosazana Dlamini Zuma à la Présidence de la Commission de l’Union africaine.

Élue Présidente de la Commission de l’Union africaine le 16 juillet 2012, lors du dix-neuvième (19è) sommet de cette organisation réunissant des chefs d’État et de gouvernement, Madame Nkosazana Dlamini Zuma ne fait plus l’unanimité au sein de cette Organisation panafricaine. D’ailleurs le Nigeria, première puissance économique du continent , principal concurrent d’Afrique du Sud et qui milite depuis plusieurs mois pour un changement à la tête de cette organisation en 2016 (date de la prochaine élection d’un nouveau dirigeant ) ne veut plus entendre parler de Nkosazana Dlamini Zuma. Et c’est le nom de madame Samba Panza, soutenue par la France et le Nigeria d’ailleurs, qui revient plusieurs fois dans le milieu diplomatique pour succéder cette dernière. Le gros hic pour CSP, c’est la transition politique en cours en Centrafrique.

Contactées par Corbeau news, certaines de nos sources diplomatiques proches de l’Union Africaine parlent d’un test pour la Dame Samba Panza pour se crédibiliser sur le plan international. Réussir cette transition dans le délai prévu par la Communauté Internationale, organiser les élections crédibles, ramener la paix, c’est le devoir à faire à la maison pour elle, selon certains diplomates occidentaux en poste à Bangui. Toute fois, les mêmes sources nous indiquent que , la Commission de l’Union Africaine n’est pas sa seule prochaine destination, elle est aussi courtisée pour prendre la tête de la Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) pour succéder au Sénégalais Abdou Diouf, Secrétaire Général actuel mais sa chance est minime face à la candidature du Canada qui veut imposer un de leurs.

 

Pour Corbeau News, Marc Julien Nguenguesseramo