Centrafrique : retour massif des Peuls à Baboua, le sous-préfet Lucien Beledet lance un appel à l’aide humanitaire.

Publié le 7 janvier 2019 , 4:40
Mis à jour le: 7 janvier 2019 4:40
Le sous-préfet de Baboua Lucien Beledet. Credit photo : Gervais Lenga pour CNC.
Le sous-préfet de Baboua Lucien Beledet. Credit photo : Gervais Lenga pour CNC.

 

 

Centrafrique : retour massif des Peuls à Baboua, le sous-préfet Lucien Beledet lance un appel à l’aide humanitaire.

 

 

Depuis quelques semaines à Baboua, dans la préfecture de la Nana-Mambéré, des milliers des Peuls centrafricains, réfugiés au Cameroun après la crise militaropolitique qui a secoué le pays depuis 2012, rentrent progrèssivement au pays après la campagne de paix menée par les groupes armés dans la région en faveur de retour des déplacés et des réfugiés centrafricains. Seulement, ce retour massif qui n’a pas été véritablement organisé, crée de facto une crise humanitaire dans la sous-préfecture de Baboua.

 

À Baboua, le sous-préfet Lucien Beledet appelle à l’aide devant la grave crise humanitaire qui touche principalement des milliers des réfugiés peuls centrafricains rentrés fraîchement du Cameroun.

Alors que le Programme alimentaire mondial (PAM) et d’autres organismes des Nations-Unies, ainsi que certaines ONG internationales avaient été saisis par les autorités de Baboua pour tenter de venir en aide à ces personnes, aucune réponse favorable n’a été donnée par ces organismes jusqu’à ce jour.

Cependant, le PAM (Programme alimentaire mondial), qui a fait de déplacements il y’a quelques semaines à Baboua pour constater les faits, demande seulement aux nécessiteux de cultiver avant de recevoir de l’aide de sa part.

Un refus poli de la part du PAM lorsqu’on sait que durant la saison sèche, il est pratiquement impossible de cultiver. Et les réfugiés, qui viennent de rentrer fraîchement, n’ont pas de quoi à survivre avec en attendant la saison de pluie.

Quant aux autres organismes contactés par les autorités locales, aucune réaction n’a été constatée en faveur de ces personnes.

Devant la gravité de la situation, le sous-préfet Lucien Beledet réitère son appel au gouvernement et aux organismes internationaux ou nationaux pour un appui d’urgence en faveur de ces personnes.

Entre-temps, d’autres réfugiés peuls continuent de rentrer par centaine à Baboua dans des conditions déplorables. La semaine dernière, on compte environ un millier qui rentre et s’installe dans la commune et sa région.

 

 

CopyrightCNC.