Centrafrique: Rencontre de la Plateforme Interreligieuse avec la classe Politique Centrafricaine à FATEB

Publié le 7 juillet 2014 , 7:38
Mis à jour le: 7 juillet 2014 7:38

RENCONTRE DE LA PLATE FORME lNTERRELI6IEUSE AWC LACLASSE POUTIQUE CENTRAFRICAINE À FATEB

(Lundi, 07 Juillet 2014)

 

Intervention Préliminaire

Introduction:

Constitué depuis Décembre 2012, date du début de la grave crise que connait notre pays la RCA, les trois principaux leaders religieux de deux (2) grandes religions monothéistes (Christianisme et Islam), ont pris leurs bâtons de pèlerin tant au niveau national qu’international.

Devant la persistance de cette crise militaro-politique et surtout au moment où notre pays, la RCA semble au centre d’un complot, nous avons estimé opportun nous rencontrer avec les principaux leaders politiques ayant

pour mission d’animer la vie politique Centrafricaine autour du plan d’action pour une sortie de crise en RCAproposé par les chefs d’états de la CEEAClors d’une concertation le 27 Juin 2014, en marge de la 23è session ordinaire du bsommet de l’Union Africaine à Malabo en Guinée Equatoriale.

Ainsi, nous vous soumettons, chers leaders nos analyses des différents

points évoqués:

 

1. Du rôle des leaders religieux:

 

Nous avons toujours dénoncé l’instrumentalisation de la religion dans la

crise militaro-politique en RCA. En outre, l’invitation à une concertation doit être adressée à la plateformeinterreligieuse qui regroupe protestants – catholiques –

musulmans et églises catholiques et mosquées comme écrit dans le document.

 

2. Du rôle des leaders politiques Centrafricains:

 

Chargés d’animer la vie socio politique en Centrafrique, nous estimons et affirmons que toute initiative d’un dialogue politique Centrafricain doit recueillir, au préalable l’association et l’avis de la plus grande majorité des leaders politiques Centrafricains et en terre Centrafricaine.

 

3. De l’humiliation des autorités politiques Centrafricaines

 

Etant l’incarnation de la souveraineté de l’Etat Centrafricain, nous dénonçons les humiliations infligées en tout temps aux autorités politiques Centrafricaines et exhortons toute la classe politique Centrafricaine à former un bloc pour s’imposer respect et dignité pour “l’honneur et la dignité des centrafricains qu’elle est appelé à gouverneret à représenter.

4. De la modification de la charte constitutionnelle de transition:

 

Le contenu de la proposition de modification de la charte constitutionnelle de transition vise la plus haute autorité de l’état sans que la raison soit explicitement évoquée. Toutes fois, nous estimons que l’initiative de cette modification ne devrait pas venir de l’extérieur, ce qui ressemble à une sorte de dictée qui ne sera pas sans conséquence.

 

5. De la prime à l’impunité:

 

En même temps que l’on cherche à protéger à chaque fois les bourreaux des centrafricains, les auteurs de ce projet montrent clairement leur volonté de maintenir la RCA dans un cycle infernale de violences et de vengeance afin de perpétrer l’exploitation des richesses du sous-sol centrafricain.

 

6. De l’appui au remaniement du gouvernement de transition:

 

L’ambigüité de la pensée de cet appui laisse son interprétation aux politiques expérimentés que vous êtes.

 

7. De l’organisation des élections générales en RCA:

 

L’incertitude qui entoure l’organisation et la tenue des prochaines échéances électorales suscite des inquiétudes tant au niveau du lancement officiel des activités de l’Autorité Nationale des Élections (ANE) que des moyens de son fonctionnement.

 

8. De la sécurisation des populations centrafricaines:

 

Une rencontre élargie devra regroupée toute la classe politique, les partenaires extérieurs en charge de la sécurité et le gouvernement Centrafricain en vue de mettre à la disposition du peuple centrafricain des informations relatives à l’application de toutes les résolutions du conseil de sécurité des Nations Unies par rapport à la fameuse mesure de confiance qui n’est même pas connue des populations.

 

9. De la réhabilitation des forces armées centrafricaines et des forces de défenses (gendarmerie – police) :

 

Toutes les forces vives de la nation ont besoin d’être informées sur l’existence ou la dissolution de nos forces armées et forces de défense.

 

10.Du forum de Brazzaville:

 

Sans un dialogue inter-centrafricain et un dialogue préliminaire avec le médiateur de la CEEAC en terre centrafricain, nous ne trouvons pas judicieux un autre déplacement qui ressemblera à celui de Libreville et Ndjamena.Il est temps que les centrafricains comprennent que la pauvreté n’estpas synonyme de l’incapacité.

 

Conclusion :

 

Chers leaders politiques, voici succinctement exposés les points de nos réflexions en tant que leaders religieux centrafricains. Car notre objectif en initiant la présente rencontre est de réaffirmer notre attachement à la place et au rôle de la classe politique centrafricaine à un moment de l’histoire de notre pays; de dénoncer toute forme d’humiliation et de mépris infligés depuis toujours à notre classe politique.

Nous voulons qu’en tant qu’autorités morales, voir toute la classe politique centrafricaine former un bloc autour des intérêts du peuple centrafricain qui est votre champ d’exercice et d’activité et autour de la Présidente de transition pour une sortie de crise définitive.

Ce sera, alors, donner le ton de la cohésion sociale en Centrafrique.

Je vous remercie en nom de la plate forme religieuse

 

Format PDF à télécharger ici: Plateforme interreligieuse

Aucun article à afficher