Centrafrique : quand le ministre de la Télécommunication Justin Gourna Zacko devient insupportable pour les Opérateurs téléphoniques.

Publié le 11 décembre 2018 , 8:44
Mis à jour le: 11 décembre 2018 8:45

Siège social de la Télécel-Centrafrique à Bangui. CopyrightCNC.

 

 

Centrafrique : quand le ministre de la Télécommunication Justin Gourna Zacko devient insupportable pour les Opérateurs téléphoniques.

 

Bangui (CNC) – Le directeur général de la société mobile Télécel vient de quitter précipitamment la capitale centrafricaine, à quelques détails prêts, dans les mêmes conditions que son homologue de la société Orange il y’a quelques jours. Comme toujours, on retrouve au centre de ce problème, le ministre des postes et Télécommunications Justin Gourna Zacko qui prend, à l’évidence, toutes les sociétés de la téléphonie mobile dans le pays comme une source de son enrichissement illicite.

 

Hier ennemis, aujourd’hui amis.

Tout le monde se souvient encore du bras de fer judiciaire qui a opposé le ministre Zacko À certains opérateurs téléphoniques mobiles comme la Télécel au début d’année 2017 sur une affaire de  « dette non payée » dans lequel le ministre avait été débouté par la justice centrafricaine.

Or, ce même ministre Zacko, après plusieurs tentatives de harcèlement musclées contre ces opérateurs téléphoniques, change brusquement de stratégie pour leur pomper le maximum de frics comme l’a fait son collègue des transports.

La stratégie est simple, monter un devis fictif et envoyer aux Opérateurs économiques qui doivent lui verser obligatoirement la somme indiquée pour son besoin personnel.

La dernière en date, le ministre Justin Gourna Zacko, dans une correspondance envoyée au Directeur général de la Société Orange Télécom-Centrafrique demande à celui-ci de lui décaisser une somme de 6 millions de FCFA pour son voyage privé à Bayanga.

Comme la procédure l’exige, la demande du ministre doit être envoyée au siège de la Société à Paris pour approbation, mais ce dernier, impatient, a mis la pression pour qu’on lui verse très rapidement la somme demandée.

Dans l’impossibilité de répondre favorablement à cette demande, le Directeur général d’Orange, sous la pression permanente du ministre, a précipitamment quitté Bangui pour se mettre à l’abri à l’extérieur du pays.

Entre temps, le ministre Zacko, trop gourmand, envoie à nouveau la même demande au Directeur général de la Télécel Centrafrique.

Comme l’a fait son homologue de la société Orange Centrafrique, le DG de la Télécel, qui  n’a pas trouvé d’autres moyens, vient lui aussi de quitter Bangui pour échapper au ministre.

Pour l’heure, il ne reste que Moov-Centrafrique et Azur dans la cible du ministre.

Selon nos informations, ce n’est pas pour la première fois que le ministre Zacko tente de pomper illégalement de sous aux opérateurs téléphoniques en Centrafrique.

Même pour son petit déjeuner ou pour une petite cérémonie, le ministre Zacko envoie des devis aux opérateurs économiques pour lui verser de l’argent.

Ce qui est malheureux dans ce gouvernement, c’est pratiquement tous les départements ministériels qui pompent des frics illégalement, par la même stratégie, à certains organismes internationaux et opérateurs économiques dans le pays.

Selon une source proche des Nations unies, le récent voyage d’une vingtaine des officiels au Portugal pour un séminaire a couté plus de 100 millions aux organismes internationaux qui ont été sollicités par le gouvernement pour régler les factures du voyage.

Cependant, certains ministres, qui ont appris sur le tas cette stratégie de pompage des frics, tentent parfois d’en abuser. Pour un simple voyage au Cameroun par exemple, un ministre avait présenté un devis de plus de 8 millions de francs CFA.

Ce phénomène, qui est devenu  une règle dans ce gouvernement, commence tout doucement à mettre à mal non seulement l’équilibre financier de certains opérateurs économiques de la place, mais aussi ternir l’image de ce beau pays.

 

CopyrightCNC.

Aucun article à afficher