Centrafrique : où sont passés les 3 milliards débloqués à Semence pour les travaux de route Bouar-Bozoum ?

Publié le 14 mai 2019 , 5:07
Mis à jour le: 14 mai 2019 5:07
Credit photo : Gervais Lenga / Corbeaunews.

 

 

Bouar (Corbeaunews) – Le jeudi 15 mai 2014 dans la localité de Bouar, le préfet de la Nana Mambéré de l’époque Monsieur  Frédéric Wagonda a lancé les travaux de réhabilitation de la route régionale numéro 8 qui relie la ville de Bouar à celle de Bozoum. Ces travaux de réhabilitation, financés à hauteur de 2,371 milliards de francs CFA par l’Union européenne, ne sont toujours pas effectués conformément aux cahiers de charges établis. Ceci amène les Centrafricains à se demander où sont partis ces 3 milliards de francs CFA.

 

 

Si la population de l’Ouham-Pendé et de la Nana-Mambéré avait accueilli le 15 mai 2014 avec un vif sentiment d’admiration et de joie le lancement des travaux de réhabilitation de la route régionale numéro 8 (environ 115 kilomètres) qui relie la capitale provinciale de la Nana-Mambéré à celle de l’Ouham-Pendé,cinq ans plus tard, c’est la désolation totale. Ce sentiment de joie laisse malheureusement la place à la colère et l’incompréhension vis-à-vis des sociétés Semence et la SNCMBA qui devraient exécuter ces travaux de route.

 

En 2015, l’une de nos équipes avait sillonné cette voie dans le cadre d’un reportage local, mais tout le monde n’en revient pas. Même Madame Marie-Noëlle Koyara, ministre de l’Agriculture d’alors,  avait elle aussi constaté cette arnaque en parcourant cette voie la même année.

 

Souvenez-vous, en 2015, un Colonel des Anti-Balaka dénommé Rodrigue, pour des raisons encore inconnues, avait regroupé les habitants des villages Tèllè et autres à réhabiliter  avec des machettes l’axe Dékoua-Bouka.

Une voie totalement impraticable à cette époque est devenue grâce à ce chef Anti-Balaka fréquentable même avec une voiture.

Finalement, la Minusca a déclaré le mois dernier qu’elle va la réhabiliter à nouveau jusqu’à Bossangoa.

 

Comparativement aux travaux effectués par les villageois eux-mêmes, on pourrait penser que ces sociétés dites nationales qui devraient réaliser les travaux de route Bouar-Bozoum ne font qu’arnaquer le monde au dos du peuple centrafricain.

 

Dans le cadre de nos enquêtes sur la mafia des sociétés de BTP en République centrafricaine, des articles seront publiés toute la semaine sur le site de Corbeaunews.

 

Copyright2019CNC.