Centrafrique : Opération braquage en plein centre-ville de Paoua, les RJ est ses alliés Séléka font leur loi sur la population.

Publié le 26 novembre 2016 , 4:20
Mis à jour le: 26 novembre 2016 4:20

Centrafrique : Opération braquage en plein centre-ville de Paoua, les RJ est ses alliés Séléka font leur loi sur la population.

SELEKA 3

Bangui, le 26 novembre 2016. 10:12′.

Par: Gisèle MOLOMA.

C’est effectivement ce que tout le monde redoutait dans la ville de Paoua qui est arrivé. Pour des nombreux Centrafricains, la présence des groupes armés se résume au braquage quotidien des particuliers et des Organismes, aux viols et vol, au racket de la population, sans oublier des assassinats extra-judiciaires. Pour les habitants de Paoua, sans aucun doute, c’est ce qu’ils sont en train de vivre quotidiennement depuis que les rebelles de la Révolution Justice et leurs alliés de la Séléka contrôlaient les villages environnants de leur ville. La seule interrogation qui persiste dans leur tête jusqu’à ce jour, pourquoi la Minusca ne réagit pas pour chasser ces braqueurs et violeurs armés?

Le jeudi 23 novembre dernier, les combattants rebelles de la Révolution Justice de l’ancien gendarme de première classe Armel Sayo, appuyés par leurs collègues d’arme de la Séléka, ont méthodiquement planifié une vaste opération de braquage, non seulement de certaines Organisation Non Gouvernementale (ONG) internationale installées sur place à Paoua mais aussi des motos des particuliers, et ce, à visage découvert en plein centre-ville de Paoua le jour. Cette opération de braquage effectuée publiquement sous les barbes et nez des soldats des Nations-Unies présents dans cette ville aurait poussé la population à se poser la question sur le rôle exact de ce contingent d’une centaine des soldats camerounais.

Sont-ils des touristes des Nations-Unies ? S’interrogent les habitants de la Préfecture de l’Ouham-Péndé.

Pour ceux qui connaissent Paoua avec ses milliers de motos qui polluent le centre-ville, on imaginent déjà les dégâts causés par cette opération de braquage de ces combattants rebelles de la Révolution Justice. Selon les témoins, une dizaine des motos auraient été enlevées de force ce jour à leurs propriétaires, sans compter les matériels braqués dans certains Organismes humanitaires. Cette façon de faire risquerait de devenir une règle pour ces combattants si aucune réaction musclées et fortes des autorités militaires du pays et de la MINUSCA mettent à jour contre ces malfrats.

Située à environ 500km au Nord-Est de la capitale Bangui, la ville de Paoua qui est seulement à quelques kilomètres de la frontière du Tchad et du Cameroun est aujourd’hui encerclée par des rebelles de la Révolution Justice et de la Séléka. Leur présence dans le secteur qui était une source valable d’inquiétude pour les paisibles citoyens, commence à devenir un cauchemar pour ces derniers à tel point que plusieurs appels à l’aide ont été lancés par les députés de la région. Ces cris d’alarmes seront entendus ? Rien n’est sûr.

Copyright CNC.