Centrafrique : l’Union européenne s’active pour l’autonomisation socio-économique des femmes et filles  

La Cheffe de la délégation de l'UE en RCA, Samuela Isopi, la ministre de la promotion des femmes, Aline Gisèle Pana et les autres personnes au centre d'écoute. Photo CNC / Jefferson Cyrille Yapendé
La Cheffe de la délégation de l’UE en RCA, Samuela Isopi, la ministre de la promotion des femmes, Aline Gisèle Pana et les autres personnes au centre d’écoute. Photo CNC / Jefferson Cyrille Yapendé

 

 

Bangui (République centrafricaine) – En prélude à la journée internationale des femmes qui sera  célébrée le 8 mars prochain, l’Union européenne (UE) et le gouvernement  à travers le Fonds Bakou s’activent pour la relance économique et l’autonomisation des femmes et des filles,  touchées par la crise militaropolitique    À aller de l’avant et en augmentant leurs capacités de résilience à travers les activités génératrices de revenus.  

 

C’est dans ce cadre que la cheffe de la délégation de l’UE en Centrafrique, Samuela Isopi, la ministre de la promotion de la femme, de la famille et de la protection de l’enfant, Aline Gisèle Pana et quelques personnalités ont décidé de visiter les différents centres d’écoute du 3e, 5e et 7e arrondissement de Bangui, abritant les activités implantées par les femmes dans le cadre de l’appui de Fonds Bakou.

L’objectif de cette visite à quelques jours de la journée mondiale des femmes est  de redonner de l’espoir à ces dernières, principales victimes de la crise qui a secoué la République Centrafricaine, mais aussi de mettre en valeur les actions qu’elles mènent.

Pour apaiser la souffrance de ces femmes, le Réseau des psychologues en Centrafrique (RECPA), implanté au sein du centre d’écoute de 3e arrondissement avec l’appui de l’ONG internationale DRC, Conseil Danois pour les réfugiés avec le financement de l’UE a pu développer les ressources individuelles des femmes à travers l’activité génératrice de revenus, et aussi apporter une assistance alimentaire à plus de mille personnes.

L’une des bénéficiaires de ce projet, Awa Djakite, habitant le 3e arrondissement se réjouit de l’orientation et les conseils donnés  par le RECPA qui lui a permis de surmonter les troubles mentaux après le décès tragique de son mari au début de la crise qui a été enclenchée en 2013, « après la crise, nous sommes devenues des femmes démunies qui perdent l’espoir, mais grâce à l’accompagnement et le conseil du RECPA qui ne cesse de nous distribuer des kits comme les savons et autres. Et récemment, l’Ong DRC nous a encore fourni des moyens financiers qui nous ont permis de faire le commerce, et grâce à cela que je m’occupe correctement de mes  enfants et de moi-même » a-t-elle témoigné ?

Damaka Emelie, est aussi une des victimes de la crise, soutenue par l’Ong nationale le Flamboyant dans le 5e arrondissement de Bangui, qui a bénéficié également de l’appui financier du Fonds Bakou, en témoigne sa gratitude, « j’ai quitté le village en 2018 avec mes 14 petits-fils tous des orphelins de père et depuis notre arrivée, l’Ong le Flamboyant de la députée Goumba Anne Marie, nous a acheté une parcelle que nous cultivons afin de nous nourrir et subvenir à notre besoin quotidien. Notre reconnaissance va également à l’endroit de l’UE pour ce financement », a-t-elle confirmé.

Pour permettre à ces femmes de mieux fêter le 8 mars, la délégation de l’Union européenne en a profité lors de ces différentes visites pour distribuer les pagnes de 8 mars, « cette semaine s’achèvera avec la journée internationale de la femme. Nous avons pensé que c’est une opportunité pour mettre en valeur les actions qui ont été réalisées avec le gouvernement et l’UE et c’est aussi une occasion pour mettre en valeur les femmes elles-mêmes, parce que dans toutes les initiatives des projets que nous avons visités, on a vu le rôle important de ces dernières dans tous ces projets. Nous profitons de ce moment, pour les encourager avec des messages forts pour leur leadership »,  a encouragé Samuela Isopi, Ambassadrice de l’UE en Centrafrique.

Ce programme financé par le Fonds Bakou contribue efficacement à la relance économique de la RCA par l’autonomisation des acteurs économiques affectés par la crise et l’augmentation de leurs capacités de résilience à Bangui et à Bouar. Et son processus de mise en œuvre est une approche hautement participative avec l’implication des autorités administratives et locales, de la communauté et des partenaires de mise en œuvre.

 

Jefferson Cyrille YAPENDE   

Copyright2020CNC.