Centrafrique Lu pour vous : Les Anti-Balaka menacent de quitter le processus DDRR-CVR et projettent de reprendre les armes

Publié le 7 octobre 2016 , 4:32
Mis à jour le: 7 octobre 2016 4:53

Centrafrique : Les Anti-Balaka menacent de quitter le processus DDRR-CVR et projettent de reprendre les arme

Miliciens-Anti-Balaka

Bangui, le 7 octobre 2016. 10:20′.

Info http://rjdh.org/ PAR JEAN FERNAND KOENA LE 6 OCTOBRE 2016

 

Les Com-zones des Anti-Balaka ont projeté de se retirer du processus DDRR et réduction de la violence communautaire (CVR). Cette annonce a été faite aujourd’hui 06 octobre lors de l’Assemblée générale extraordinaire de ce groupe armé à l’Hôtel Azimut à Bangui.

Cette menace des Anti-Balaka de se retirer du processus DDRR et CVR intervient à la veille de la tenue du comité consultatif et de suivi du processus DDRR et se fait alors que le Président de la République Faustin Archange Touadera a fait du DDRR une de ses priorités.

Ndomandji, le chargé d’opération explique les raisons de ce retrait en ces termes : « nous avons décidé de nous retirer du DDRR et CVR à cause de la mauvaise politique du Gouvernement à notre égard. Le Gouvernement ignore que c’est à cause de nous qu’il y a retour à l’ordre constitutionnel. Il ignore aussi  que nous avons contribué à l’élection du Président Touadera en battant la campagne électorale en sa faveur. Et aujourd’hui, le Gouvernement ne traite qu’avec la Séléka. Mais aussi à cause de l’inaction de la Minusca face à la montée de la violence».

A cette justification s’ajoute les positions du Coordonnateur des Anti-Balaka, Edouard Patrice Ngaïssona« les combattants Anti-Balaka garderont leurs armes jusqu’à ce que le DDRR soit effectif », a-t-il déclaré. Edouard Patrice Ngaïssona a interpellé le pouvoir de Bangui sur la situation des militaires Anti-Balaka. « Il faut régler le cas des FACA Anti-Balaka très rapidement, parce qu’ils ont contribué pour le changement, mais n’ont pas été gradés, contrairement à ceux qui sont restés bras croisés et qui sont remerciés sous la transition», a-t-il souligné.

Cette prise de position intervient au moment où les Séléka se regroupent à Bria pour leur  Assemblée générale.

C’’est une première pour les Anti-Balaka depuis la signature de l’Accord sur le Principe du DDRR le 10 mai 2015 et depuis le 30 mars, date de prise de fonction de Faustin Archange Touadera comme Président de la République, de vouloir quitter le processus.

Source : http://rjdh.org/centrafrique-anti-balaka-menacent-de-quitter-processus-ddrr-cvr-projettent-de-reprendre-armes/

NDLR : Les propos tenus par ces leaders anti-balaka n’ont pour but de rappeler au président TOUADERA que son élection à la tête de l’Etat n’était une tricherie mais à tous ceux qui pensent que les dernières élections en Centrafrique étaient des élections démocratiques. Anicet Georges DOLEGUELE, le premier bénéficiaire de cette opération « Mains basses » l’a si bien rappelé quand il a été délaissé par la suite. Une bouche pleine ne parle pas, mais une bouche n’est pas aussi un bruitomètre. Selon nos informations ce sont des Anti-balaka FACA qui seraient, avec certains bandits de Km5 à l’origine de cet dernier regain de violence à Bangui. Ils comptent par cette action, secouer le gouvernement de son inaction envers eux. Par quelle action la victime a passé de grade de sous-lieutenant au commandant? elle ne les commanderait jamais, avaient conclu certains éléments.

Aucun article à afficher