Centrafrique : L’opposition démocratique fait un bloc face au régime de Touadera

Réunion des leaders de l'opposition démocratique au siège du parti URCA d'Anicet Georges Dologuelé le 27 novembre 2019 en vue de la mise en place d'une plateforme politique. Créditi photo : Corbeaunews-Centrafrique.
Réunion des leaders de l’opposition démocratique au siège du parti URCA d’Anicet Georges Dologuelé le 27 novembre 2019 en vue de la mise en place d’une plateforme politique. Créditi photo : Corbeaunews-Centrafrique.

 

L’opposition démocratique fait un bloc face au régime de Touadera

 

Bangui (République centrafricaine ) – CNC – Sur initiative du Président de l’URCA, Anicet Georges Dologuele, les formations politiques d’opposition veulent porter une nouvelle dynamique commune dans leur combat contre ce qu’il qualifie « des dérives dictatoriales du régime Touadera ». Une première rencontre, dans ce sens, a réuni tous les ténors des partis politiques ce mercredi 27 novembre 2019 au siège de l’URCA à Bangui.

 

Une seule idée semble fédérer les partis politiques légalement constitués autour de la volonté de se regrouper pour mener la lutte politique dans le pays. Pour l’opposition, le régime du président Touadera a affaibli l’Etat Centrafricain, entrainant le déclin de l’autorité des services publics.

Ils justifient leur démarche par l’inquiétante situation sociopolitique de la République Centrafricaine, le laxisme du Président Faustin Archange Touadera et de son gouvernement sur les questions de la sécurité, l’attitude et les calculs permanemment politiciens de ces derniers, leur gestion exclusive et clanique ainsi que leur distance avec les vraies préoccupations du peuple centrafricain ont déterminé les principaux leaders des partis politiques de l’opposition démocratique, pour envisager ensemble, comment ils doivent se mobiliser dans une dynamique collective pour non seulement rappeler le Président Faustin Archange Touadera et son gouvernement à leurs responsabilités, mais et surtout de peser désormais de tout leur poids dans les décisions et orientations politiques nationales.

Bertin Bea du KNK, sans nuancer ses propos, croit que le régime actuel est englué dans des schémas politiques allant de la dictature aux préparations d’un hold-up électoral pour se maintenir au pouvoir, « au regard de la situation de plus en plus préoccupante du pays au plan politique, social, sécuritaire, que sais-je encore, nous avons compris qu’il fallait qu’on se rencontre et qu’on se parle entre nous », indique-t-il.

Car, selon lui, « l’opposition doit se mettre ensemble et c’est ensemble que nous allons donc rectifier toutes les dérives du régime Touadera à l’heure actuelle, trop c’est trop », s’exclame Bertin Bea.

Pour Anicet Georges Dologuele, le regroupement des partis politiques d’opposition pour parler du pays est important, « nous nous sommes réunis pour harmoniser nos points de vue et prendre la décision d’avoir un regroupement des partis politiques concret. Pour une plateforme politique, il va falloir rédiger des textes juridiques avec des modalités de fonctionnement pour qu’on puisse avoir un cadre dans lequel on puisse parler du pays », a noté le Président de l’URCA.

« Cette citoyenne, patriotique et responsable initiative est à saluer. C’est dans le rassemblement, les échanges citoyens qu’on parviendra à trouver des solutions à nos problèmes et à faire respecter notre Pays », conclut le communiqué final.

Quant au comité d’appui stratégique d’appui au processus électoral qui divise, ils promettent que des actions politiques et judiciaires seront menées.

Indubitablement, les jours à venir voire mois prochains le débat politique s’annonce tumultueux dans le pays et le régime de Touadera a franchi le Rubicon.

 

Cédric Wa-Gomba

Copyright2019CNC