Centrafrique : L’opposant Désiré Kolingba restitue la vérité autour de l’incident du 4ème Arrondissement

Publié le 25 septembre 2018 , 8:24
Mis à jour le: 25 septembre 2018 8:24
Logo du parti politique Rassemblement Démocratique Centrafricain (RDC). Copyrightrdc.

 

 

Centrafrique : L’opposant Désiré Kolingba restitue la vérité autour de l’incident du 4ème Arrondissement

 

 

 

C’est à travers le communiqué de presse n° 002/RDC/BP/P.18 que le Parti Rassemblement démocratique centrafricain (RDC) a réagi suite au bref incident survenu le jeudi 19 septembre dernier lors d’un meeting présidé par son Président Désiré Zanga Kolingba Bilal, dans le 4ème arrondissement de Bangui. La prise de position du RDC coupe court à toutes les supputations et surtout les velléitaires tentatives d’instrumentalisation de cet incident à des fins purement politiques pour atteindre volontairement les autorités actuelles du pays, à commencer par les Forces de sécurité intérieures qui n’avaient fait qu’accomplir leur mission.

« Après une rencontre fructueuse avec le gouvernement, le RDC Parti épris de paix, condamne vigoureusement cet incident, il réaffirme son appartenance à la Majorité présidentielle et son attachement à la stabilité institutionnelle. Le RDC appelle ses militants au calme et à la vigilance, afin d’éviter toute instrumentalisation de cet incident regrettable du 4ème arrondissement par les fossoyeurs de la démocratie et les ennemies de la paix », c’est en ces mots corsés que le RDC s’est résolu à aplanir toute tentative de manipulation de la conscience collective au tour de cet incident. Et de préciser qu’ « il n’y a eu ni arrestation ni séquestration » de leur leader, Désiré Zanga Kolingba Bilal.

Evidemment, n’eût été cette prompte déclaration du RDC, l’on serait déjà en pleine dérive. La preuve tangible c’est la tentative de récupération à des fins malsaines de cette situation par un certain Dominique Yandoka qui se dit responsable d’une certaine ‘’Initiative pour une transformation par l’action (ITA)’’. Ce compatriote, dans un communiqué de presse signé de lui-même en date du 22 septembre dernier, évoquant insolemment et gratuitement l’Article 14 de la Constitution du 30 mars 2016 et l’Ordonnance n° 05.007 du 2 juin 2005 relatives aux Partis politiques et au statut de l’Opposition en RCA, raconte son histoire : « Le Mouvement Ita… condamne avec force cette dérive totalitaire ; exige que toute lumière soit faite sur cette affaire ; propose que des dispositions fortes soient prises pour éviter de tel actes dans le futur ; en appelle à l’Assemblée nationale, afin d’interpeller le ministre de tutelle (Sécurité publique) sur le respect des textes réglementant le fonctionnement des Partis politiques ; en appelle à la vigilance des Forces vives de la nations afin de sauvegarder les droits fondamentaux acquis après d’âpres souffrances par le peuple centrafricain », peut-on lire dans les extravagances de Yandoka. Une vraie incitation au soulèvement populaire qui s’est révélée fort heureusement obsolète à cause de sa nature incivique et antipatriotique.

Pour mémoire, l’incident qui a eu le 19 septembre dernier, s’est produit entre 16 heures et 17 heures dans la concession du défunt Augustin Ngbanda, sise derrière le bar ‘’Ematus’’ au rond-point du 4ème arrondissement. Alors que quelques heures avant, des individus qui seraient certainement les partisans du RDC se sont regroupés en ce lieu et ont accueilli leur Président avec qui ils ont échangé. Au cours de la réunion, des rumeurs circulent et ont répondu très rapidement telle une traînée de poudre dans les quartiers environnants.

Toute de suite, certains jeunes de la localité ont fait la curiosité de voir de près de quoi s’agissait-il exactement. Sachant que le parti RDC, ce grand parti avait bien le droit de tenir un meeting, soit dans le cadre de campagne électorale, soit pour se positionner sur des questions engageant la vie de la nation. Mais, là n’est pas le problème. Ce qui a suscité la réaction des manifestants, c’est qu’après quelque recoupement, ils se sont rendu compte que personne des autorités locales n’ait été informé. Donc, il s’agit d’une réunion « insolite » et que ses organisateurs devraient être traités comme tel.

De fil en aiguille, l’information tombe dans le rayon de couverture de la police. Le Directeur général adjoint de l’Immigration émigration, Bienvenu Paterne Nguimalé et son binhomme, le Commandant Lucien Serré sont, tout de suite, descendus sur les lieux. Les participants ont été déjà presqu’à la fin de la réunion. Pendant que ces officiers arrivaient sur les lieux, le Président Désiré Zanga Kolingba lui, quittait à peine ses militants. Mais, le leader politique n’ira pas loin, car rappelé sur les lieux et interrogé sur les tenants et les aboutissants de cette réunion.

 

 

Par : Fred Krock, CNC.

Aucun article à afficher