Centrafrique : Les Caisses africaines de sécurité sociale en séminaire à Bangui

Par ...Alain Nzilo Publié le 17-07-2018 a 2:04:03- Modifié le 17-07-2018

 

 

Centrafrique : Les Caisses africaines de sécurité sociale en séminaire à Bangui

 

 

Bangui, 18 juillet 2018 (CNC) –

 

La problématique de l’amélioration des conditions de vie des Assurés sociaux a été toujours une préoccupation cruciale pour les organisations faîtières des Caisses de sécurité sociale, coiffées par l’Association internationale de la sécurité sociale (ISSA). Des réformes sur réformes, ainsi que des réflexions à tous les niveaux se font régulièrement à ce sujet. Au niveau de l’Afrique centrale, le BLAISAC (Bureau de liaison de l’Association internationale de sécurité sociale en Afrique centrale) est à sa troisième réunion technique sur le même enjeu, à Bangui du 17 au 18 juillet 2018.

C’est le Ministre centrafricain du Travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et de la protection sociale, Jean Christophe Nguiza qui a ouvert les travaux à l’Hôtel Ledger Plazza, en présence de MM. Richard Kwangbo Guda, et Romaric Youmou, respectivement Directeur général de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS-Centrafrique) et Secrétaire général de la CNSS-Gabon.

’ La gestion des statistiques et des évaluations actuarielles au sein des Caisses de sécurité sociale’’, tel est le thème retenu pour les réflexions du troisième séminaire technique. Derrière cette thématique se présente toute la problématique de la gouvernance des organisations de la sécurité sociale, étant donné que la sécurité sociale est et reste un droit humain fondamental consacré par de nombreux instruments internationaux, comme l’a souligné le Directeur général de la CNSS-Centrafrique, M. Richard Kwangbo Guda, qui a énuméré pèle mêle, la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, la Déclaration de l’Organisation internationale du travail (OIT) sur la justice sociale pour une mondialisation équitable de 2008… Sachant également que l’évaluation actuarielle a pour objectif de renseigner le gouvernement, les cotisants et les bénéficiaires sur la situation financière du Régime.

« La bonne gouvernance des Caisses de sécurité sociale est donc une condition essentielle à l’extension de la couverture et à la l’amélioration de l’efficacité de la protection. Aucun système de sécurité sociale ne peut atteindre ses objectifs sans une bonne gouvernance », a précisé Richard Kwangbo Guda. Histoire ici de replacer toute l’importance que revêt aujourd’hui la mobilisation toujours accrue des acteurs de protection sociale.

En clair, il est question de trouver, à travers les discussions et échanges, des réponses adéquates aux préoccupations suivantes : Quelle organisation pour les services en charge des statistiques et des évaluations actuarielles ? Quel cadre juridique pour les évaluations actuarielles ? Quelles ressources humaines pour les services des études actuarielles ? Quelle stratégie pour impulser une culture des évaluations actuarielles ? Comment améliorer la gouvernance des Caisses de sécurité sociale d’Afrique centrale par une gestion efficace et efficiente des évaluations actuarielles ?

C’est d’ailleurs l’enjeu principal du troisième séminaire qui s’est ouvert à Bangui. Pour s’en rendre compte, il suffit de se référer aux objectifs poursuivis par lesdites assises : – dresser un état des lieux sur la gestion des statistiques et des évaluations actuarielles ; – informer sur les lignes directrices se rapportant aux évaluations actuarielles ; – inventorier et partager les bonnes pratiques existantes en la matière et ; – enfin, échanger les expériences pays dans le domaine de l’actuariat.

Dès l’ouverture des travaux, le Directeur général de la CNSS-Centrafrique s’est félicité de ce que son pays a enregistré quelques avancées en la matière en citant en exemple l’augmentation du taux de cotisation et la modification des montants des prestations sociales payées aux bénéficiaires, dès lors que la Loi n°06.034 du 28 décembre 2006, portant Code de Sécurité sociale en République centrafricaine est rentrée en vigueur. M. Richard Kwangbo Guda a noté par ailleurs que l’évaluation actuarielle, faisant partie des démarches proactives en matière de sécurité sociale et visant à assurer la pérennité à long terme des prestations, permet de rendre disponibles des données statistiques concernant les projections démographiques, économiques et financières.

Pour sa part, M. Romaric Youmou, Secrétaire général de la CNSS-Gabon, après avoir témoigné de sa gratitude aux autorités centrafricaines, aux Cadres de la CNSS-Centrafrique et au Comité d’organisation de ce séminaire, a fait savoir qu’au regard des nouveaux défis de la sécurité sociale, notamment l’extension de la couverture, les conséquences des crises économiques sur la stabilité des ressources des Caisses, « la recherche des solutions innovantes pour améliorer la gouvernance de nos Caisses respectives ». Il a ajouté dans la suite qu’il est clair que « la gestion des statistiques et des évaluations actuarielles devient un enjeu incontournable et une alternative visant à garantir la soutenabilité et la pérennité de nos régimes de sécurité sociale ».

Toujours selon M. Romaric Youmou, la tenue de la troisième réunion technique vient à point nommé pour faire un diagnostic sur la gestion des statistiques et des évaluations actuarielles dans les Caisses de sécurité sociale ; inventorier les principales difficultés et obstacles ; rechercher des stratégies innovantes susceptibles de garantir à la fois la lisibilité, la soutenabilité et la pérennité des régimes de protection sociale.

En déclarant ouverts les travaux, M. Jean Christophe Nguiza, Ministre centrafricain du Travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et de la protection sociale a rappelé que la thématique retenue pour ce troisième séminaire, à savoir la gestion des statistiques et des évaluations actuarielles s’aligne bien sur la vision du Président de la République centrafricaine, Pr Faustin Archange Touadera qui entend « faire de la bonne gouvernance, la priorité des priorités des actions politiques. Cette vision politique, faut-il le souligner, a été traduite dans les piliers 1, 2, 3 du Plan national de relèvement et de consolidation de la paix en Centrafrique (RCPCA) », une vision soutenue par l’implication personnelle du Chef de l’Etat dans la promotion du travail décent. Le membre du gouvernement a terminé par l’appel à l’assiduité aux séminaristes, afin de sortir tout le génie d’eux-mêmes au profit de l’amélioration des conditions des Assurés sociaux.

L’occasion a permis au Secrétaire général de la CNSS-Gabon d’annoncer que le prochain Séminaire sera organisé par l’AISS en collaboration avec la CNSS-Gabon, les 13 et 14 décembre 2018 à Libreville, sous le thème : ‘’L’harmonisation des législations par l’institutionnalisation des systèmes de protection sociale’’.

 

Par : Fred Krock, CNC.

 

 

Share this post
Tags

A propos de l’auteur

Les commentaires sont fermés.