Centrafrique :  Le torchon brûle entre le ministre de sécurité Henri Wanzet Linguissara et les services des finances 

Publié le 4 juillet 2019 , 6:33
Mis à jour le: 4 juillet 2019 6:42
Le Ministre de l’intérieur Henri Wanzet Linguissara. CopyrightDR.

 

Visiblement, les relations entre le ministre de la Sécurité publique et les services de finances ne sont plus au beau fixe. À l’origine, la gestion des ressources fournies par la direction générale de l’émigration et immigration, mais surtout la vente illicite d’un bâtiment administratif à des sujets libanais.

 

Tout a commencé sur le sulfureux dossier de la vente d’un bâtiment de la police centrafricaine situé à l’intersection de la rue Charles Rogon à Bangui et la rue Émile Gentil, abritant les services du HCCDR ainsi que certains membres du cabinet du Ministère de la sécurité publique, par le ministre de l’intérieur à un sujet libanais qui s’appellerait Nassour de la société Almadina. «

Nous assistons ces dernières 72 heures à l’interdiction des enregistrements des cartes de séjour par le général Wanzet (ministre de l’Intérieur) au nom d’une convention fictive signée entre la société Almadina et l’État centrafricain », a confié une source proche de la police de l’immigration qui ajoute ” des vérifications faites depuis le Trésor public et les services compétents du Ministère des Finances, il n’y a aucune convention signée. Même s’il en était le cas, cela devrait être du ressort du Conseil des ministres”.

Au fond de ce feuilleton, le ministre de l’Intérieur aurait accordé un marché, celui de la délivrance des documents de sécurité tels la Carte de séjour et la Carte d’identité nationale aux libanais d’Almadina sans tenir compte d’exigences juridiques en la matière. Aussi, un édifice public a été bradé à des sujets libanais. C’est pourquoi, la ministre de l’Urbanisme, Mme Gina Lawson Roosalem a pris un Arrêté ce 3 juillet pour couper court aux agitations de son homologue Wanzet Linguissara, car son Arrêté précise en son Article 1 que ” Le bâtiment administratif situé à l’intersection de la rue Charles Rognon et la rue Émile Gentil sur l’avenue du Président Léopold Sédar Senghor, à l’exception des locaux affectés au Haut commissariat chargé de la décentralisation et de la régionalisation, est affecté au Ministère de l’intérieur chargé de la sécurité publique”.

Le danger que l’on ignore est de savoir si le ministre de l’Intérieur a-t-il déjà consumé sa part de la convention fictive entre Almadina et l’État Centrafricain.

De tout cela, le ministère des Finances n’a pas encore dit mot.

À suivre…

 

Copyright2019CNC.