Centrafrique : Le président Touadera reçoit Samba-Panza au grand dam de Bozize

L'ex-chef de ltat, madame Catheriene Samba-Panza, et Faustin Archange Touadera, chef de l'État, le 17 janvier 2020 au palais de la renaissance à Bangui. CopyrightPrésidence.
L’ex-chef de ltat, madame Catheriene Samba-Panza, et Faustin Archange Touadera, chef de l’État, le 17 janvier 2020 au palais de la renaissance à Bangui. CopyrightPrésidence.

 

 

 

Bangui (République centrafricaine) – Le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra a reçu vendredi l’ancienne présidente de transition Catherine Samba-Panza pour faire un tour d’horizon de la situation nationale, a-t-on appris auprès de la présidence.

 

Décidément, la saga continue et semble être interminable avec le bal de réception des anciens chefs d’Etat au Palais de Renaissance, ce qui sonne comme un affront de plus que la Touaderade veut infliger à la Bozizie, qui suspend le débat politique depuis quelques mois autour d’une probable rencontre Bozize et Touadera comme la rencontre du siècle.

Au sortir de l’audience, Mme Samba-Panza a précisé que les échanges avaient porté sur des questions d’intérêt national, notamment la paix, la sécurité et la réconciliation. Elle a ajouté que Touadera avait beaucoup insisté sur la « contribution des anciens chefs d’Etat à l’apaisement, à moins d’un an des élections présidentielle et législatives ».

L’ancienne présidente de transition (2014-2016) a appelé tous les acteurs impliqués dans la crise centrafricaine à la retenue, à la sérénité et au sens de la concertation pour régler les différends. Elle a exhorté les anciens chefs d’Etat à porter main forte au président Touadera, et pourtant la Touaderade et la Bozizie sont dans la droite ligne de discorde.

Dès son retour d’exil vendredi dernier, l’ex-président Michel Djotodia avait lui aussi été reçu par Touadera, lequel n’a toujours pas rencontré à ce jour le président déchu François Bozizé. Ce dernier est rentré au pays en décembre dernier de manière discrète, mettant terme à six années d’exil, et leur relation ne s’améliore pas de jour en jour marquée par des joutes verbales qui ne favorisent pas du tout l’émergence d’un débat politique apaisé dans le pays.

Cédric Wa-Gomba