Centrafrique : Le gouvernement Centrafricain et l’Union européenne s’accordent sur les priorités politiques et stratégiques à l’an 1 de l’APPR

La photo de famille à la fin du dialogue politique entre l'Union européenne et le gouvernement centrafricain au palais de la Renaissance le 14 février 2020
La photo de famille à la fin du dialogue politique entre l’Union européenne et le gouvernement centrafricain au palais de la Renaissance le 14 février 2020. Crédit photo : Cyrille Jefferson Yapendé / CNC

 

 

 

Bangui (République centrafricaine) – Le gouvernement centrafricain et l’Union européenne (UE) se sont mis d’accord sur les priorités politiques et stratégiques du pays lors du dernier dialogue politique entre les deux parties, le mercredi  12 février dernier, à Bangui. Au cœur de ce dialogue, 5 points cruciaux ont été abordés, notamment la mise en œuvre de l’APPR, le processus électoral et la réforme du secteur de la sécurité.  

 

L’appui de l’Union européenne en République Centrafricaine ne semble pas encore prêt à s’arrêter en cette année 2020, une nouvelle session de dialogue politique UE-RCA, dans le cadre du dialogue soutenu et régulier sur toutes les questions d’intérêt mutuel qui est prévu par l’article 8 de l’Accord de Cotonou, sur  les relations entre l’Union Européenne  et les pays de l’ACP (Afrique, Caraïbe et  Pacifique).

Les deux parties ont abordées l’une après autres toutes les grandes priorités du partenariat multidimensionnel entre la Centrafrique et l’UE pendant ce dialogue dont la coopération pour le développement, la mise en œuvre de l’Accord de paix, les élections, la bonne gouvernance, la justice et les droits de l’homme, y compris la réforme du secteur de la sécurité, domaines dans lesquels l’UE joue un rôle de premier plan en tant que partenaire et bailleur de la RCA.

Ange Maxime Kazagui, porte-parole du gouvernement a apprécié ce dialogue qu’il qualifie de front et constructif de la relation entre l’UE et la RCA, « ce dialogue politique qui est une rencontre formelle et régulière a pour objectif de mener un dialogue sur les enjeux de la République Centrafricaine de la manière que la vision de la RCA pour sa restauration, son développement pour la paix,  la sécurité et le  relèvement économique soient bien compris et pris en compte par nos partenaires de l’Union européenne. Plusieurs pays membres de l’Union européenne sont présents dans le pays et ce qui a permis effectivement des entretiens fronts et constructifs de la relation entre l’UE-RCA et surtout de mettre le doigt sur les aspects qui ont besoin d’être renforcés pour que cette relation aille mieux encore de l’avant », a déclaré la porte-parole du gouvernement.

L’Ambassadrice de l’Union européenne en Centrafrique, Madame Samuela Isopi , hormis plusieurs questions qui étaient sur la table de ce dialogue entre l’UE-RCA, a annoncé la nouvelle d’un appui supplémentaire de l’UE au processus électoral en cours, «  nous avons aussi abordé la question de l’appui de l’Union européenne au processus électoral, soutien qui est déjà en cours avec une première activité qui a été lancé avant la fin de l’année pour contribuer aux opérations afin de permettre au gouvernement et les institutions concernés de respecter le calendrier prévu dans les délais constitutionnels. Aujourd’hui nous avons aussi réussi la confirmation de l’adoption formelle d’un appui important que l’Union européenne apporte au programme qui est géré par le PNUD. Tout cela montre l’engagement du gouvernement et la volonté des partenaires dont l’UE la volonté d’aller aux élections dans les délais prévus et réunir les conditions nécessaires », a réitéré la Cheffe de la délégation de l’Union européenne en Centrafrique.

Toujours dans le contexte des élections, l’UE a reconfirmé son engagement en faveur des élections à travers un soutien financier global programmé de 17,5 millions d’euros comprenant une importante contribution au programme d’appui au processus électoral PAPEC géré par le PNUD (dont l’UE sera le premier contributeur),  une assistance technique qui sera déployée auprès de l’ANE et un appui ciblé à la participation des femmes, mis en œuvre par l’agence de coopération belge ENABEL. Le Gouvernement et l’UE ont  également encouragé la communauté internationale à participer au financement du basket fund géré par le PNUD.

Depuis 2014, l’UE a mobilisé environ 900 millions d’euros en appui à la RCA. Pendant cette période, la moitié de la population centrafricaine a pu bénéficier des programmes financés par l’UE dans les différents domaines avec plus de 3 millions de consultations médicales, 150 000 enfants vaccinés et 140 000 accouchements assistés; 200 000 enfants scolarisés et 1.600 enfants ex-combattants réintégrés; 800 000 paysans formés et assistés pour accroître leur production.

 

Jefferson Cyrille YAPENDE

Copyright2020CNC.