Centrafrique : le FDPC demande le désarmement de ses combattants.

Publié le 17 juin 2019 , 4:54
Mis à jour le: 17 juin 2019 4:54
Des prétendus rebelles du FDPC arrêtés par la Minusca dans la commune de Zoukombo en début d’année.

 

 

Bouar (République centrafricaine) – La demande a été faite la semaine dernière auprès des autorités préfectorales de la Nana-Mambéré.

 

En signe de bonne volonté, les rebelles du front démocratique du peuple centrafricain (FDPC), auteurs de nombreuses prises d’otage dans la région, ont libéré le vendredi 14 juin dernier 3 otages, dont 1 Camerounais aux autorités locales en présence du sous-Préfet de Bouar Bagaza Yadere.

 

Alors que l’otage camerounais a été remis aux autorités camerounaises le dimanche 16 juin par une délégation gouvernementale composée entre autres du ministre du DDRR Maxime Mokome, son collègue de l’intérieur Henri Wanzet Linguissara et celui du développement local Issa Bi-Amadou, les deux autres otages centrafricains, quant à eux, seront remis à leurs familles respectives à Bangui par le gouvernement.

 

S’agissant du désarmement des combattants du FDPC,  le ministre du DDRR Maxime Mokome et ses collègues de l’intérieur et du développement local ont souhaité les rencontrer ce lundi 17 juin pour tenter de ficeler le dossier.

Par ailleurs, dans leur correspondance aux autorités préfectorales la semaine dernière, les rebelles du front démocratique du peuple centrafricain, dirigé par le général Abdoulaye Miskine, demandent leur relocalisation ailleurs qu’au village Zoukombo. Ce qui est en cours d’examen selon une source locale.

 

Alors, cette fois, la balle est dans le camp du gouvernement pour accélérer leur désarmement.

 

Copyright2019CNC.