Centrafrique : le directeur de l’école privée catholique de Niem-Yelewa assassiné par des hommes armés.

Publié le 21 juillet 2019 , 5:56
Mis à jour le: 21 juillet 2019 5:56
Image d’illustration…. CopyrightDR

 

 

Bouar (CNC) —Le Directeur de l’école privée catholique de Niem-Yelewa dans la Nana-Mambéré a été assassiné ce samedi 20 juillet par un homme armé encore non identifié en provenance du Cameroun, a-t-on appris des sources locales.

 

Selon les informations du CNC, l’acte criminel a eu lieu aux environs du village Sabewa proche de la frontière camerounaise alors que la victime, Monsieur Adoum se rendait dans le secteur avec deux autres personnes au marché Ngawi, côté camerounais, pour s’approvisionner en produits de première nécessité.

Pendant que monsieur Adoum et ses deux compagnons de route, à pieds, s’approchaient tout doucement du village Sabewa, un mystérieux homme est sorti de la brousse pour les croiser. Comme Monsieur Adoum semblait le reconnaître, il s’approchait de lui pour le saluer tout en souriant. C’est à ce moment que l’homme tire à bout portant sur lui avant de pourchasser les deux compagnons de la victime pour les abattre à leur tour. Heureusement les deux ont pu tenir leurs jambes pour sortir vers Cameroun et alerter les forces de l’ordre locales qui sont intervenues pour tenter en vain de mettre la main sur l’auteur du crime qui disparaît dans la nature.

Pour l’heure, une enquête est ouverte à la gendarmerie de la Nana-Mambéré qui tente d’identifier les auteurs présumés de cet acte criminel odieux.

Aux dernières nouvelles, les deux rescapés expliquent avoir identifié et reconnaître l’auteur présumé de cet assassinat crapuleux du Directeur Adoum. Il s’agit d’un sujet peul réfugié au Cameroun.

Reste maintenant à la justice de mener sa propre enquête pour y faire la lumière.

Il faut noter que la zone où le Directeur a été tué est contrôlée depuis plusieurs mois par les éléments du mouvement 3R, mais tout porte à croire que ces derniers ne sont pas directement associés à cet assassinat crapuleux, selon les premiers éléments de l’enquête de la gendarmerie nationale de la République centrafricaine.

La victime laisse derrière elle 14 orphelins.

 

Copyright2019CNC.