Centrafrique : le cri du cœur de l’employée d’une ONG !

Publié le 11 mai 2020 , 1:15
Mis à jour le: 11 mai 2020 1:15
Base de la société Wagner sécurisée par des mercenaires russes au centre-ville de Bria, au centre-nord de la Centrafrique. Créditi photo : CNC.
Base de la société Wagner sécurisée par des mercenaires russes au centre-ville de Bria, au centre-nord de la Centrafrique. Créditi photo : CNC.

 

Bangui (République centrafricaine ) – De qui se moque-t-on ! Il est des sujets avec lesquels on ne joue pas. Que lon veuille faire croire à qui veut bien lentendre que la fédération de Russie est le pays qui sauvera le Centrafrique des crises incessantes, admettons. Par contre que lon rabâche à tout va que les Russes apportent leur aide aux populations là cest trop !

 

Il y a quelques semaines, un blog d’opinion qui se dit centrafricain a diffusé la propagande de Moscou en prétendant que « …la fédération de Russie continue ses activités daide au développement en République Centrafricaine contrairement aux ONG internationales qui suspendent leurs activités à cause du coronavirus… ». C’est la goutte d’eau qui fait déborder le seau ! De retour de province après une campagne de plus d’un mois, une témoin travaillant auprès d’une ONG célèbre dont je tairai le nom pour préserver l’anonymat commente cette infamie : « …en plus de deux ans de présence en Centrafrique, je nai jamais vu un seul Russe distribuer de leau, des médicaments ou des kits alimentaires auprès des populations démunies victimes de la crise ». Elle poursuit : « je reviens dune campagne de vaccination contre la rougeole et les seuls Russes que lon croise sécurisent des convois de camions en provenance de zones minières sous contrôle des groupes armés et à destination de la frontière soudanaise, certainement pour exporter leur butin… ».

 

Ce n’est pas la première fois que des personnes engagées dans des actions humanitaires pointent du doigt la Russie en Centrafrique comme étant le grand absent du terrain du « life saving » comprenez tout ce qui sauve la vie.

Agacée par ces allusions comme quoi les ONG déserteraient le pays pour cause du coronavirus, notre témoin insiste : « conformément aux directives du ministère de la santé, nous avons effectivement ralenti nos actions mais les plus vitales sont toujours assurées, des gens partout dans le pays comptent sur nous car sils devaient attendre après la Russie beaucoup seraient morts de faim à ce jour, à moins que les diamants ne se mangent ! » et elle continue « …le pire cest le mensonge, je connais bien la région de Birao et de Bria pour y avoir fait plusieurs missions daide de première urgence comme des campagnes de soins et je nai jamais vu ce soi-disant hôpital mis en place par la mission russe et dont les journaux ont martelé les esprits, cela marche peut-être avec les Banguissois qui ne peuvent pas vérifier linformation mais auprès des ONG cela ne prend pas ! ». De la poudre aux yeux qui est disséminée par une certaine presse devient réalité comme par magie.

Volontaire depuis plus de 15 ans, notre informatrice a parcouru plusieurs pays africains pour venir en aide aux populations les plus pauvres : « …lorsque je lis dans la presse que la relation entre la RCA et la Russie est gagnante-gagnante cela me donne envie de vomir, … il y a des associations, des organisations et même des états qui financent des millions deuros chaque année pour soutenir la Centrafrique et apporter une aide durgence à la population pour le relèvement du pays et ce serait les Russes qui obtiendraient les lauriers ! Cest écœurant ! Je suis sur le terrain au quotidien, et souvent avec la peur au ventre parce quil y a des bandits en armes partout dans le pays et parce que les mercenaires russes magouillent avec ces groupes armés pour une poignée de diamants, jen suis malade… »

 

Et pour finir : « Que la Russie avant de se pavaner en Centrafrique donne une liste des actions menées au profit de ceux qui nont rien ainsi que les véritables montants des aides financières distribuées. Je ne parle pas des kalachnikovs qui inondent le monde et tuent les peuples, je parle dargent, celui qui permet aux ONG de sauver des vies et non pas de donner la mort en faisant croire à tout le monde que lon est le messie ! ».

Ce cri du cœur d’une personne qui donne sans compter doit être entendu car aujourd’hui l’heure est grave, en plus de la faim, de la violence et de la maladie, les filles et les fils de Boganda doivent affronter le mensonge et la corruption des imposteurs experts en désinformation.

 

Copyright2020CNC.

Aucun article à afficher