Centrafrique : le collectif “Touche pas à ma constitution” menace de poursuivre le gouvernement devant la Justice internationale.

Par ...Alain Nzilo Publié le 05-09-2017 a 6:15:35- Modifié le 05-09-2017

Centrafrique : le collectif “Touche pas à ma constitution” menace de poursuivre le gouvernement devant la Justice internationale.

 

Le bandeau du collectif Touche pas à ma constitution

 

 

Communique de Presse N°003/2017

 

 

Constatons le laxisme du gouvernement centrafricain « pour non assistance à une population en danger », le Collectif« Touche pas à ma Constitution », Organisation de la Société Civile, défenseur des droits de l’homme et des valeurs constitutionnelles, rend le gouvernent responsable et complice des massacres de la population civile. Pour ce fait, le Collectif, compte saisir les institutions judiciaires internationales et nationales pour un procès contre le gouvernement.

Considérant que la constitution du 30 mars 2016 proclame ce qui suit :

La personne humaine est sacrée et inviolable. Tous les agents de la puissance publique, toute organisation, ont l’obligation absolue de la respecter et de la protéger. La République reconnaît l’existence des Droits de l’Homme comme base de toute communauté humaine, de la paix et de la justice dans le monde.

La République proclame le respect et la garantie intangible au développement de la personnalité. Chacun a droit au libre épanouissement de sa personnalité pourvu qu’il ne viole le droit d’autrui, ni n’enfreigne l’ordre constitutionnel Chacun a droit à la vie et à l’intégrité corporelle. Il ne peut être porté atteinte à ces droits qu’en application d’une loi. Nul ne sera soumis ni à la torture, ni au viol, ni à des sévices ou traitements cruels, inhumains, dégradants ou humiliants. Nul ne peut être arbitrairement arrêté ou détenu.

Il en résulte que depuis, le retour à la légalité constitutionnelle, la population civile est victime des véritables massacres et des atrocités sans à ce que le gouvernent puisse prendre des mesures nécessaires et sécuritaires pour pallier à cette situation inquiétante.

Constatons le laxisme du gouvernement et le non assistance à une population en danger, le Collectif« Touche pas à ma Constitution », Organisation de la Société Civile rend le gouvernent centrafricain responsable et complice des massacres de la population civile. Pour ce fait, le Collectif, compte saisir les institutions judicaires internationales et nationales pour un procès contre le gouvernement.

Enfin, le Collectif demande à la Communauté internationale de réagir le plus vite par des actions concrètes pour éviter, la situation génocidaire en République Centrafricaine et présente toute sa compassion aux victimes de ces actes barbares.

Fait à Paris, le 05.09. 2017

Le Coordonnateur Général

Godfroy-Luther GONDJE-DJANAYANG.

Ampliations :

Le Secrétaire Général des Nations unies,

L’Elysée, Chef de l’Etat Français,

Le Chef d’Etat des USA,

Le Président en exercice de la CEEAC,

A la Fédération internationale des Droits de l’Homme,

La Presse pour large publication.

 

Share this post
Tags

A propos de l’auteur

Les commentaires sont fermés.