Centrafrique : Le CICR fournit de l’eau potable à plus de 300.000 personnes, dont les déplacés internes de Kaga-Bandoro

Publié le 28 octobre 2019 , 4:43
Mis à jour le: 28 octobre 2019 4:43
CopyrightCNC

 

Bangui (République centrafricaine) – CNC – Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR)  en République centrafricaine fournit de l’eau potable à plus de 300.000 Centrafricains dont les déplacés internes de Kaga-Bandoro, dans la préfecture de Nana-Gribizi. Une fourniture qui s’inscrit dans la dynamique d’un meilleur accès à l’eau potable au courant de l’année 2019.

 

Selon un rapport rendu public le 29 août dernier, qui présente les activités de la délégation du CICR en Centrafrique entre janviers-juin 2019, celui-ci  confirme que 300 000 personnes ont un meilleur accès à l’eau potable et habitat grâce à ses interventions sur le terrain.

À Kaga-Bandoro, les déplacés qui ont abandonné leur habitation pour se réfugier sur les sites des déplacés internes ont accès à l’eau potable et des bonnes conditions d’hygiène, grâce au CICR et certaines ONG œuvrant dans le domaine humanitaire.

Pour le CICR, cet appui s’inscrit dans le cadre de son mandat qui consiste à protéger la vie des personnes touchées par les conflits et les autres situations de violence et à alléger leurs souffrances conformément aux conventions de Genève de 1949 dont la RCA est aussi signataire le 1er août 1966.

Les déplacés du site communément appelé « MINUSCA » pour sa proximité avec la base de la Mission onusienne de Kaga-Bandoro consomment de l’eau propre, tandis que ceux qui sont sur les autres deux sites ont accès aux forages et puits fonctionnels des quartiers et du site de l’Évêché.

Bruno Ngakoutou, âgé de 41ans, vivant sur le site de la MINUSCA avec sa femme et ses 9 enfants depuis le 12 octobre 2016, joint par CNC, apprécie l’assistance en eau potable fournit par le CICR, « j’ai quitté mon quartier Addy au mois d’octobre 2016 après les évènements douloureux que vous connaissez pour réfugié avec ma famille sur le site des déplacés, et nous vivons sur le site de la MINUSCA où il est difficile d’avoir accès à l’eau potable, mais grâce au CICR on a accès à l’eau potable et des infrastructures sanitaires dans les camps de déplacés de Kaga-Bandoro », s’est-il réjoui.

Pour une mère de famille, « grâce à la fourniture de l’eau potable par CICR nous ne sommes plus exposés aux maladies causées par des eaux sales », dit-elle.

Le CICR apporte actuellement de l’aide en eau potable à plus de 12000 déplacés vivant sur les sites des déplacés de Kaga-Bandoro et dans certaines villes des provinces comme la ville de Birao dont plus de 25 000 personnes ont du quitter leur domicile pour fuir les violences entre les groupes armés.

Par ailleurs, le CICR appuie aussi la Société Distribution d’eau en Centrafrique (SODECA) par des dotations de pièces hydrauliques, de produits chimiques et de réhabilitation  ponctuelle du réseau.

Jefferson Cyrille YAPENDE

Copyright2019CNC.