Centrafrique : La présidentielle qui sonne le glas sera-t-elle démocratique ?

Publié le 8 septembre 2020 , 11:49
Mis à jour le: 8 septembre 2020 11:49
Centrafrique : Le gouvernement centrafricain rapatrie les réfugiés centrafricains du Congo Démocratique 396 réfugiés centrafricains vivant au Congo Démocratique sont de retour à Bangui jeudi 21 novembre 2019 avec le concours des gouvernements Centrafricain, Congolais et du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR). Ils ont été accueillis ce matin au port Amont par les autorités centrafricaines et congolaises. Il s’agit d’une première vague des 1 000 réfugiés centrafricains présents sur la terre congolaise, qui ont été ramenés volontairement grâce à la signature d’un accord tripartite entre le HCR, le gouvernement Centrafricain, de la RDC et du HCR au mois de juillet dernier. Ce cadre juridique encadre le retour volontaire des 400 réfugiés centrafricains dans la dignité et la sécurité. Pour Virginie Baïkoua, ministre de l’action humanitaire, « Des dispositifs sécuritaire, sanitaire, judiciaire ont été pris pour faciliter ce retour. 396 de nos compatriotes, sur les 4000 au RDC, ne sont plus des réfugiés, c’est avec beaucoup de sentiments que nous les avons accueillis », a déclaré Virginie Baïkoua. Des mesures sanitaires ont été prises par la Centrafrique craignant d’être exposée par le virus Ebola qui sévit depuis un an au Congo. Pour cela, une équipe de veille et de contrôle a été installée sur le rivage, « une équipe de surveillance et de lavage des mains est installée. Des appareils de détection des signes d’Ebola nous ont été remis. Au cours de ces observations, quelques personnes ont une température au-dessus de 38°c », a relevé la responsable du centre ambulant de santé, Emma Mbilinaguéra Babo. A en croire le Représentant du HCR en Centrafrique, Buti Kale, ce n’est qu’une première série des retours volontaires qui seront « organisés hebdomadairement pour favoriser le rapatriement total des réfugiés centrafricains au Congo Démocratique », a annoncé Buti Kale. Il y a quelques jours, les réfugiés du Cameroun sont aussi rapatriés par les gouvernements centrafricains et Camerounais encadrés par le HCR à Berberati. Ces retours ne concernent que les zones où la sécurité revient peu à peu. Cédric Wa-Gomba
Les électeurs en rang devant un bureau de vote à Bangui le 31 mars 2016. CopyrightANE.

 

Bangui, République centrafricaine, mercredi 9 septembre 2020 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Les citoyens centrafricains attendent le 27 septembre 2020 pour élire des hommes de leur choix. Ceux-ci seront capables ou incapables ? Surtout ceux qui mettent l’atmosphère en effervescence et le jour J tarde à venir.

 

Le temps que le peuple traverse ne donne pas la paix au cœur. Tout va à l’insolence, inadvertance et sous-estimation de ceux qui seront, d’un jour à l’autre, voteront leurs propres bourreaux. Et pourtant, ces mêmes filles et fils du pays, très assoiffés de la vie courante, battent le pavé pour s’infiltrer, s’incruster dans le système qu’ils forgent eux-mêmes au gré des journées se succédant. Car, très fiers de leur personnage, ils ne peuvent qu’obtenir ceci ou cela. Mais encore en tout instant, ils nous enfoncent dans de sales draps

Qui ne sait pas que ces gens qui s’enveniment de jour, se retrouvent les nuits pour s’abreuver du breuvage que leurs tristes patrons de l’autre côté du fleuve leur envoient en tonnes. Comme la nation leur servait de cochon d’expérience, ils s’entendent au clair de lune pour nous exciter à nous rentrer dedans comme de petits fous.

Est-ce que la démocratie enseigne l’impolitesse, les incartades, les injures et les mésententes pour préparer les hommes qui veulent aider à vivre ? Comme ils sont politiquement mal éduqués ces politiques à demander notre suffrage leur permettant de vous laisser mal à l’aise ? Nous ne voulons point de ce chapitre de gouvernail alors que l’Unité devait nous habiter et créer le sens de bien vivre dans le bonheur.

Haro à la bassesse d’esprit. Cédons le pas à l’entente et la fraternité pour la paix de la République.

 

Par Angèle Kanzoro

Éditorialiste

Alain Nzilo

Directeur de Publication

Tel / WhatsApp : +1 438 923 5892

 

Aucun article à afficher