Centrafrique: « Kémi Seba est un fils d’Afrique. Si d’autres le chassent de chez eux, nous lui offrons la terre et l’hospitalité… » Bida Koyagbelé, président du mouvement Kité

Publié le 19 septembre 2017 , 4:53
Mis à jour le: 19 septembre 2017 4:53

Centrafrique: « Kémi Seba est un fils d’Afrique. Si d’autres le chassent de chez eux, nous lui offrons la terre et l’hospitalité… » Bida Koyagbelé, président du mouvement Kité 

Monsieur Bida Koyagbelé. Credit photo Éric Ngaba.
Monsieur Bida Koyagbelé. Credit photo Éric Ngaba.

 

 

Bangui 19 septembre 2017, CNC.

Par Eric NGABA

 

L’association des paysans centrafricains propose un exile doré à l’activiste panafricain Kémi Seba, expulsé du Sénégal après un projet pour avoir brulé publiquement un billet de 5.000 Francs CFA. L’offre de l’exil a été donnée au leader du mouvement Anti-Francs CFA, lors d’une conférence avec la population organisée le 16 septembre 2017 à Bangui, par l’ONG Urgence Panafricaniste et l’Association des Paysans Centrafricains.

Décidemment, la survie du Franc de la Colonie Française en Afrique (CFA) est fortement menacée. C’est une question de la détermination des pays de la zone Franc à enterrer cette monnaie controversée. Des manifestations Anti Francs CFA se font connaître sur le continent africain visant à supprimer le Franc CFA.

A l’initiative Urgence Panafricaniste et l’Association des Paysans Centrafricains, adeptes de Kémi Seba en Centrafrique, environs 200 personnes se sont réunies16 septembre dernier dans le 7ème arrondissement de Bangui, au siège l’Association des Paysans Centrafricains.

« Il est de notre devoir d’informer le peuple du danger que représente cette monnaie de servitude et d’en appeler à l’adhésion de tous les africains et amis de l’Afrique à rejoindre le mouvement » a martelé le représentant de l’organisation en Centrafrique, au micro de Prince Eric Ngaibino.

D’après les organisateurs de cette rencontre, le rassemblement du 16 septembre est la première d’une longue liste d’activités de sensibilisation, d’information et de formation adressées à la population dans le but d’éclairer sur la question du très controversé francs CFA. Ils invitent l’activiste Stélio Gilles Robert Capo Chichi, alias Kémi Séba à venir s’installer en République centrafricaine.

« Kémi Seba est un fils d’Afrique. Si d’autres le chassent de chez eux, nous lui offrons la terre et l’hospitalité dont il a besoin pour mener à bien le combat qui est aussi le vôtre », a indiqué au public venu des quatre coins de Bangui, Bida Koyagbélé, Président du mouvement Kité et de l’Association des Paysans Centrafricains.

 

Bida Koyagbélé est connu dans le milieu anti-oligarchie française. en 2015, il a refusé de serrer la main du précédant Ambassadeur français Charles Malinas en Centrafrique pour dénoncer l’implication de la France dans la crise en République Centrafricaine.

Pour Jéhu Komboko, coordonnateur de l’APC, l’activiste panafricain Kémi Seba devra bénéficier d’un hectare de terre arable et une demeure au bord du fleuve Oubangui dans le village Sao, capitale de la République centrafricaine.