Centrafrique: intervention française à Ngaoundaye, les Seleka en

(Corbeau News Centrafrique)

1461595365981

Centrafrique: intervention française à Ngaoundaye,

les Seleka en débandade.

 

Bangui, le 15 juin 2016. 13:33′.

Par: Gisèle MOLOMA.

L’attaque surprise des forces négatives de la Seleka et de la Révolution Justice de l’ancien Minsitre de la Jeunesse et de sport dans les localités de Ngaoundaye et Bang a totalement mis à nues les forces de défenses et de Sécurité publiques basées dans ces localités frontalières de la Centrafrique avec le Cameroun. Mais l’intervention des éléments de la Sangaris et de la MINUSCA appuyées par un Commando de la Gendarmerie centrafricaine a permis aux assaillants de tirer leurs grègues.

C’était la semaine dernière qu’une colonne d’une vingtaine des éléments d’une nouvelle coalition Seleka-RJ ont pu pénétrer dans la ville de Ngaoundaye et de Bang frontière avec le Cameroun après une dispute avec les Gendarmes centrafricains basés à Bang. Selon des sources concordantes recueillies par CNC, ces éléments constitués Seleka-RJ auraient voulu traverser la frontière pour rejoindre le côté camerounais afin de vendre le troupeau des bœufs braqué dans les localités de Bemal et Betoko mais, devant le refus catégorique des Gendarmes de frontière à bang, une dispute s’est éclatée entre ces derniers et les assaillants. Les gendarmes ont pu réussir à neutraliser une dizaine d’assaillants mais faute de moyens en homme et matériel ; ils optent pour une refuge dans la base de la MINUSCA qui, de son côté, avait pris des dispositions militaires nécessaires à la hauteur de la menace.
Finalement, l’intervention des forces françaises de la Sangaris appuyées par l’aviation venue du Tchad voisin auraient permis aux forces de la gendarmerie nationale de mettre hors d’état de nuire, du moins dans les deux villes, les assaillants qui sont actuellement en fuite dans la brousse comme leurs troupeaux.
Le bilan actuel fait état d’un gendarme centrafricain tué et d’une vingtaine des assaillants neutralisés.
En mars dernier, certains éléments de la Seleka et de la Révolution Justice basés dans la Préfecture de l’Ouam-Péndé avaient décidé de fusionner leurs forces pour des raisons encore inconnues. Selon une source anonyme contactée, cette coalition Seleka-RJ aurait permis à ces deux groupes rebelles d’ériger des barrières illégales partout dans la région Nord-Est de la Préfecture de l’Ouam-Péndé pour bien rançonner.

Les taxes de passage et des douanes ainsi exigées et collectées, sans oublier les butins de braquage font de leur coalition, un pourvoyeur d’emploi dans la région.

Copyright CNC.