Centrafrique : infiltration des rebelles du FPRC à Bangui, deux éléments du groupe, arrêtés à Sibut

Publié le 21 juin 2017 , 6:24
Mis à jour le: 21 juin 2017 6:24

Centrafrique : infiltration des rebelles du FPRC à Bangui, deux éléments du groupe, arrêtés à Sibut.

Les elements de la selaka

Bangui, le 22 juin 2017.

Par : Gisèle MOLOMA, CNC.

Deux personnes assimilées aux éléments du Front Populaire pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC) de Noureddine Adam en provenance d’Alindao au Sud-Est de la Centrafrique, ont été arrêtées à Sibut par les gendarmes qui, sur instruction ferme de leur Directeur général, les ont conduits le mardi dernier à Bangui et sont détenus à la Section des Recherches et d’Investigation (SRI).

Écrouées depuis 2 jours dans la geôle de la Section des Recherches et d’Investigation (SRI) de la gendarmerie nationale à Bangui, les deux personnes supposées et assimilées aux éléments de la Séléka faction FPRC du Général Noureddine Adam que leurs identités n’ont pas été dévoilées, devront être présentées au Juge dans les jours qui viennent.

Selon nos informations, les deux hommes ont été arrêtés à Sibut le lundi 19 juin dernier dans des circonstances encore floues, mais certains témoins de leur arrestation nous ont indiqué qu’ils étaient en provenance de la ville d’Alindao.

Sur les faits, les gendarmes les ont assimilés tout de suite après leur arrestation à Sibut comme étant les présumés auteurs de l’assassinat d’un Pasteur évangéliste à Alindao. Quelques heures après leurs interrogatoires dans les locaux de la compagnie de la gendarmerie de Sibut, le Directeur général de la gendarmerie nationale en personne avait ordonné leur transfèrement à Bangui pour des raisons de sécurité, apprend-on d’une source proche du DG. Les deux présumés sont depuis mardi soir à Bangui à la Section des Recherches et d’Investigation (SRI), mais plusieurs zones d’ombre demeurent sur leur identité et les mobiles de leur arrestation.

D’après les premiers procès-verbaux de leur audition, les deux hommes nient en bloc d’être des rebelles, encore moins ceux du FPRC. Toutefois, ils avouent d’être des musulmans qui souhaitent rejoindre leur famille à Bangui.

Pour certains gendarmes proches de l’enquête contactés par CNC, ce sont les éléments du FPRC de Nouredine Adam et ses alliés qui cherchent à infiltrer Bangui et les villes environnantes en vue de ceinturer la capitale le moment venu. Pour d’autres, par contre, plus sceptiques, parlent seulement de la fuite de ces éléments vers la capitale que de souffrir dans la brousse.

Le problème, c’est l’identification réelle de ces personnes. Sont-elles vraiment des rebelles ?

Dans ce pays où la haine demeure et les musulmans sont considérés systématiquement comme des séléka, tout comme les chrétiens et animistes comme des anti-Balaka, il est vraiment légitime de se poser des questions sur les vraies raisons de certaines arrestations.

Rappelons que depuis quelques mois, des rumeurs circulent dans le pays sur une attaque imminente des rebelles sur la capitale Bangui. Les ordres ont été donnés aux Forces de Défense et de Sécurité d’être vigilantes, ce qui pourrait pousser certains à commettre de la bavure.

Copyright@CNC2017.