Centrafrique : FMI : conclusion positive pour TOUADERA et DONDRA.

Centrafrique : FMI : conclusion positive pour TOUADERA et DONDRA.

Samir Jahjah et Henri-Marie-Dondra

 

Bangui, le 2 juin 2017.

Par: Anselme Mata, CNC.

En séjour à Bangui depuis près d’une semaine, une délégation du Fonds Monétaire international (FMI) conduite par l’économiste Samir Jajah vient d’achever hier jeudi 1er juin 2017 la seconde revue à Bangui par une note de satisfaction au gouvernement, plus particulièrement au ministre des Finances Henri -Marie DONDRA.

C’est au cours d’une conférence de presse avec le ministre des Finances et du Budget, Monsieur Henri-Marie DONDRA dans la salle de conférence dudit département que le FMI vient de conclure avec satisfaction sa seconde revue et félicite le ministre des Finances et le gouvernement pour le travail accompli. Le dossier de la République Centrafricaine sera présenté au conseil d’administration du FMI au mois de juillet 2017.

Il faut rappeler que sans une conclusion positive de cette revue et le passage devant le conseil d’administration du FMI la Centrafrique ne pourra bénéficier d’aucune aide Budgétaire des autres partenaires techniques au développement. Le chef de mission Samir JAHJAH a précisé que le taux de croissance économique prévisionnel de la Centrafrique en 2017 sera de 5 % contre 4,7% en 2016. Pour 2017 alors que la sous-région compacte emprunte à une crise liée à la baisse du cours des produits pétroliers afficherait un taux de 1%. Aussi à t il noté avec beaucoup de plaisir une augmentation des ressources domestiques qui sont passées de 5 à 8% du PIB. Il estime que le programme se déroulant bien un accroissement des ressources du FMI à la RCA serait envisageable. Il a encouragé le ministre à poursuivre les réformes. Le ministre Henri Marie DONDRA s’est dit satisfait d’être arrivé à la conclusion de cette revue et se dit déterminier à accélérer les réformes. Tout en encourageant le gouvernement de Sarandji et Touadera sur le plan de la relance économique dans un contexte sécuritaire aussi préoccupant, il est impératif de protéger les populations civiles et de penser au financement du redéploiement des FACAS. Cependant aussi brillant et réputé bosseur qu’il soit, le ministre des Finances et du Budget devrait réfléchir à comment financer l’armement des FACAS, car sans Sécurité il n’y’a pas de développement.

CopyrightCNC.