Centrafrique : DE L’EXPLOITATION FRAUDULEUSE DE NOS RICHESSES

 

Centrafrique : DE L’EXPLOITATION FRAUDULEUSE DE NOS RICHESSES

 

 

Le compatriote Bienvenu Guinon, à travers le « live » de ce mardi 21 août 2018, a animé un important débat sur le rôle du Ministre Ousman Mahamat Ousman, Conseiller à la Présidence de la République, dans un frauduleux trafic de diamants et d’or au Cameroun. Les éléments vidéo présentés ainsi que les réactions suscitées, devraient conduire les Autorités compétentes centrafricaines, non seulement à ouvrir rapidement une enquête judiciaire pour clarifier cette affaire, mais aussi à prendre des mesures conservatoires.

Cette affaire vient remettre à jour l’épineux problème du pillage de nos ressources naturelles et constitue une éclatante et palpable démonstration de la dimension économique de la crise actuelle.

Toutefois, il convient de rappeler que depuis des années, des mesures ont été proposées pour endiguer ces crimes économiques qui se sont accrues à la faveur du désordre quasi généralisé dans le pays, contrôlé à 80 % par des groupes armés.

Qu’il me soit permis de rappeler que la défense nationale d’un pays englobe également sa défense économique. C’est ainsi que les Etats Généraux de la Défense Nationale, en 1996, avaient adopté une Recommandation relative au contrôle de la production et de la répression de la fraude et qu’il convient de revisiter maintenant pour qu’une solution endogène soit enfin initiée, concomitamment avec la restauration de l’autorité de l’Etat et le déploiement des FACA. En effet, il a été arrêté ce qui suit :

« Les Etats Généraux de la Défense Nationale

-Considérant l’importance du secteur minier dans l’économie centrafricaine, puisqu’il contribue pour 8% au PIB et constitue 54% de nos recettes à l’exportation,

-Considérant que la totalité de la production minière est le fait des artisans centrafricains et fait vivre près de 500 000 personnes,

-Considérant le faible impact des revenus du secteur dans le budget de l’Etat, du fait des sorties frauduleuses du diamant, à cause de nombreux étrangers vivant dans les zones d’extraction minière,

-Considérant l’acquisition irrégulière de la nationalité centrafricaine grâce à la complicité des autorités municipales locales,

Recommandent

1°) Que les procédures de délivrance des actes supplétifs de naissance et de cartes d’identité soient totalement revues,

2°) Que les zones d’extraction minière, sur un rayon de 20 km, soient déclarées « zones de sécurité » et placées sous le contrôle conjoint de la Brigade des Mines et des Forces Armées Centrafricaines (FACA).

 

 

Paris, le 21 août 2018

 

Par :Clotaire SAULET SURUNGBA