Centrafrique / braquage : les jeunes de Bocaranga accusent le sous-préfet de complicité.

Publié le 7 août 2017 , 6:34
Mis à jour le: 7 août 2017 6:36

Centrafrique / braquage : les jeunes de Bocaranga accusent le sous-préfet de complicité.

 

 

Gendarmerie de Bocaranga. Crédits Anselme Nbata. CopyrightCNC.
Gendarmerie de Bocaranga. Crédits Anselme Nbata. CopyrightCNC.

 

 

Bangui, le 8 août 2017.

Par : Gisèle MOLOMA, CNC.

 

Depuis quelques semaines à Bocaranga, la tension ne cesse de grimper entre les jeunes et les autorités locales. En cause, la multiplication des actes de braquage dans le secteur que beaucoup voient les mains des autorités de la région derrière.

 

En effet, la proximité du sous-préfet et du Maire de la sous-préfecture de Bocaranga avec les miliciens Anti-Balaka locaux, longtemps soupçonnée par la population, est à l’origine de la colère des jeunes de Bocaranga qui projettent de sortir dans les rues pour manifester leur mécontentement.

Selon l’un des jeunes contactés par CNC, le sous-préfet de Bocaranga serait inévitablement le coauteur des actes de braquage qui se multiplient dans leur ville. Selon les informations qu’ils en ont, les auteurs ces braquages remettaient après chaque opération au moins 20% de leur butin au sous-préfet. Ceci n’est pas un secret, conclut-il.

D’après une source locale, le braquage d’un jeune commerçant le week-end dernier aurait déclenché la colère de ces jeunes. Les braqueurs ont volé près de 300 000 FCFA à ce jeune commerçant de leur ville et ils sont toujours libres sans aucune inquiétude. Ce sont d’ailleurs des Anti-Balaka qui sont les auteurs de tous ces braquages qui polluent l’atmosphère sécuritaire de la région, a expliqué un Instituteur local.

Du côté de la sous-préfecture, on nous signale que le sous-préfet n’était disponible pour répondre à nos questions.

Il y’a quelques mois, des voix s’élevaient pour critiquer l’implication du Maire de Bocaranga dans le financement de la milice Anti-Balaka. Et avec cette nouvelle accusation contre le sous-préfet, les relations entre la population de Bocaranga et leurs autorités ne sont pas près de s’améliorer. L’implication du gouvernement dans la recherche des solutions à cette nouvelle tension serait plus que nécessaire.

 

 

Copyright2017CNC.