Centrafrique : Birao, deux femmes déplacées du camp de l’élevage assassiné.

Publié le 9 septembre 2019 , 5:40
Mis à jour le: 9 septembre 2019 5:40
Les déplacés du site de l'élevage à Birao le premier septembre 2019. CNC
Les déplacés du site de l’élevage à Birao le premier septembre 2019. CNC

 

 

Birao (CNC) – Les deux victimes, dont les corps ont été retrouvés en dehors du camp des déplacés de l’élevage, ont été assassinées dans la journée du dimanche 8 septembre par des individus encore non identifiés, selon une source proche de la famille contactée par corbeau news-Centrafrique (CNC).

 

Selon les informations recoupées sur place, les deux victimes, quelques heures plutôt, auraient expliqué à leurs proches vouloir sortir hors du camp pour acheter de quoi à manger pour leurs enfants. Malheureusement, ce qu’elles ne savaient pas, les criminels ne sont pas loin, même à un pas de leur site protégé 24 h/24 par les forces de la MINUSCA.

Selon les premiers éléments de l’identification des corps des deux victimes, la première a été pondue avec son foulard sur un arbre, tandis que la seconde, quant à elle, est poignardée à plusieurs reprises avant de succomber de ses blessures quelques mètres plus loin.

Cette cruauté humaine, qui dépasse tout entendement, risque de replonger à nouveau toute la ville de Birao dans la psychose d’une guerre intercommunautaire très violente.

Déjà, le premier round des pourparlers entamés par le bureau des nations unies à Birao semble accoucher une souris, selon une source proche du dossier contactée par CNC.

Les Kara, qui sont nombreux à Birao, demandent à ce que tous les combattants du FPRC quittent la ville au profit du MLCJ, ce que le FPRC rejette en bloc.

Pendant ce temps, les déplacés, qui crèvent de faim dans les camps de l’aérodrome et de l’élevage, ne sont pas prêts à voir le bout du tunnel.

Une situation qui va certainement profiter à quelques individus qui comptent faire de l’argent au dos de ses déplacés en leur proposant leur service de transport sécuriser vers l’aérodrome afin qu’ils quittent la ville.

Sur place dans les camps des déplacés, deux ONG internationales, notamment ACTED, pour la construction des points d’eau, et l’ODESCA, pour les latrines, sont déjà opérationnelles pour porter assistance aux déplacés.

Cependant, la Minusca, sur son compte Twitter, a annoncé ce lundi soir qu’un pont aérien est déjà mis en œuvre pour assistance humanitaire aux 13 000 personnes déplacées de Birao.

Rappelons que depuis une semaine, deux groupes rebelles rivaux, notamment le FPRC et le MLCJ s’affrontent violemment à Birao, faisant plusieurs dizaines des morts et environ 13 000 déplacés répartis dans deux camps protégés par les forces de la Minusca.

 

Copyright2019CNC.