Centrafrique : attaque sanglante du site des déplacés à Alindao, plusieurs morts.

Publié le 15 novembre 2018 , 4:58
Mis à jour le: 15 novembre 2018 4:58

 

un homme fume la cigarette dans un camp des déplacés à Alindao en République centrafricaine
Un homme fume la cigarette dans un camp des déplacés d’Alindao.

 

Centrafrique : attaque sanglante du site des déplacés à Alindao, plusieurs morts.

 

Déployés en masse sur le site des déplacés de l’église catholique d’Alindao, plusieurs dizaines des combattants rebelles lourdement armés ont littéralement saccagé et brûlé les installations des déplacés ce jeudi 15 novembre 2018.

 

Située à environ 505 kilomètres de Bangui, la sous-préfecture d’Alindao dans la Basse-Kotto renoue depuis le début de cette semaine avec  ses vieilles habitudes de violences communautaires.

Selon nos informations, tout a commencé le mercredi 14 novembre dernier avec  l’assassinat d’un sujet musulman civil par des miliciens Anti-balaka de la ville.

En représailles, les rebelles de l’Unité pour la Paix en Centrafrique (UPC) dirigée par le général de la Séléka Ali Darassa ont pris d’assaut ce jeudi le site des déplacés de l’Église catholique de la ville en brûlant au passage toutes les tentes installées.

Comme si cela ne suffisait pas, deux véhicules de la mission catholique ont été récupérés par les assaillants.

Cette attaque d’Alindao, qui rappelle malheureusement celle de la semaine dernière dans la sous-préfecture de Batangafo dans l’Ouham où une dizaine des personnes ont été tuées et le site des déplacés incendié après l’assassinat d’un sujet musulman, marque le début, selon certains observateurs centrafricains, d’une stratégie politique bien planifiée   de certaines mains invisibles qui ne comptent que sur les cendres des Centrafricains pour s’enrichir.

Il y’a lieu de rappeler que la sous-préfecture d’Alindao est située à une centaine de kilomètres de Bangassou où des soldats FACA avec des Russes ont été déployés.