Centrafrique : arrestation de Patrice Édouard Ngaïssona, la Coordination de la milice Anti-balaka menace.

Publié le 13 décembre 2018 , 7:41
Mis à jour le: 13 décembre 2018 7:41
L'ex-coordonateur de la milice Anti-balaka Patrice Édouard Ngaïssona. CopyrightDR
L’ex-coordonateur de la milice Anti-balaka Patrice Édouard Ngaïssona. CopyrightDR

Centrafrique : arrestation de Patrice Édouard Ngaïssona, la Coordination de la milice Anti-balaka  menace.

 

 

Dans un communiqué  parvenu à la rédaction de Corbeau News Centrafrique (CNC) ce jeudi 13 décembre 2018, le Coordonateur de la milice Anti-balaka Dieudonné NDOMATÉ se dit inquiet du sort que leur réserve le régime du Président Faustin Archange Touadera  qui tente malheureusement de fragiliser leur mouvement à travers une série d’arrestations et le transfert des vaillants fils du pays vers la Cour Pénale internationale (CPI).

Voici l’intégralité du communiqué de la Coordination de la milice Anti-balaka :

 

 

ANTI-BALAKA

COORDINATION GÉNÉRALE

                         ******

COORDINATION DES OPÉRATIONS

                         ******

                 PORTE PAROLE

                         ******

N°OO2/CG/CO/PP.

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

Le  mercredi, 12 décembre 2018, dans la matinée, nous avons appris à travers les ondes des radios nationales et internationales la nouvelle de l’arrestation de l’Ex-Coordonnateur des « Anti- BALAKA »,  Monsieur Patrice Edouard NGAÏSSONA à sa descente d’avion à l’aéroport Roissy  à Paris.

Cette nouvelle a ému tous les Ex-Anti-Balaka de la République Centrafricaine qui s’interrogent du sort que leur réserve le régime face aux menaces  avec ses corollaires d’arrestation en sourdine pour fragiliser le Mouvement avec le transfert des vaillants fils du pays vers la HAYE. Hier, c’était  Alfred YEKATOM, aujourd’hui c’est notre  Ex- Coordonnateur Patrice Edouard NGAÏSSONA.

Nous constatons que seuls  les Anti-Balaka qui sont jugés  et condamnés à perpétuité dans un procès pas équitable. Pourquoi la justice de notre pays ne vise que les Ex-Anti-Balaka qui pourtant ont mené la guerre contre la nébuleuse « SELEKA »pour libérer le pays en général et la ville de Bangui en particulier.

Nous nous posons la question de savoir, s’il est interdit à un peuple meurtri  de se défendre face à une agression comme celle de la nébuleuse SELEKA, dont les principaux acteurs  ne sont autres que des mercenaires  étrangers qui continuent de tuer le peuple et de tout ravager sur leur passage ?

Nous avons assisté au renversement d’un régime légal par la faute de ceux-là. Pis encore, le gouvernement actuel auquel nous avons apporté notre soutien, s’insurge contre nous pour nous décimer alors que le pays tout entier tend vers un dialogue et la réconciliation.

Fort de ce qui précède,

  Les Ex- Anti-Balaka  demeurent dans  tout processus enclenché pour la paix ;

 Demandent  à ses représentants qui sont dans le Comité Consultatif et de suivi de DDRR de se retirer immédiatement ;

 Demandent au Ministre du Tourisme, Monsieur  Jacob MOKPEM- BIONLI, de démissionner dans les 48 heures qui suivent la diffusion du présent communiqué de Presse.

 Prennent à témoins l’opinion nationale et internationale et exigent  la libération sans condition de l’Ex- Coordonnateur des Anti-Balaka.

 

 

Fait à Bangui, le 13 Décembre 2018

                                                          Pour les Ex-Anti-Balaka

Le Coordonnateur des Opérations

Dieudonné NDOMATE

 

Ampliations :

 Présidence de la République

 Primature

 Union Africaine

 Secrétariat technique Panel  UA

 Ambassade de France

 Ambassade des USA

 CEEAC

 MINUSCA ( Bureau politique).