Centrafrique: Altercations musclées entre les Forces de Défense et de Sécurité devant le lycée BOGANDA de Bangui.

Centrafrique: Altercations musclées entre les Forces de Défense et de Sécurité devant le lycée BOGANDA de Bangui.

image

Bangui le 21 octobre 2016. 10:00″.

Par: Gisèle MOLOMA.

A Bangui désormais ce sont les crépitements des armes qui répondent aux paroles blagueuses. Pour un rien, les armes apparaissent de tous côtés. Les Forces de l’ordre ou Forces de Défense et de Sécurité appelées péjorativement dans les quartiers ” les Force des désordres”, se comportent de plus en plus dans les rues comme des miliciens ninja à tel point qu’ils deviennent insupportables pour les centrafricains. Hier vers 11h du matin à l’intersection de lycée Barthélemy BOGANDA, une altercation musclée entre un policier de la sûreté publique affecté à la garde présidentielle et un soldat  FACA affecté à la sécurité rapprochée du Ministre de la Défense a failli tourner au drame. C’est grâce à l’intervention de l’ex-libérateur, le lieutenant Gbadora que les choses se sont calmés. Que se t’il passé exactement pour que ces deux hommes habillés se mettent à se bagarrer en public ?

Lors de passage de l’escorte présidentielle hier matin, vers 11h les éléments de Forces de Défense et de Sécurité devant le cortège avaient signalé l’arrivée imminente du véhicule du président Faustin Archange TOUADÉRA tout en bloquant les trois axes formants le croisement du lycée Barthélemy BOGANDA. Entre temps, le véhicule 4×4 de commandement du Ministre de la Défense de marque NISSAN immatriculé 30001 FACA 14,  se faisait rattraper au même moment par ce blocage de l’axe opéré par une dizaine des éléments des Forces de Défense et de Sécurité policiers gendarmes et militaires confondus composant l’escorte du président TOUADERA.

Devant l’insistance du chauffeur du Ministre de franchir, le plus vite que possible, la zone de sécurité érigée, l’un des policiers s’était rapproché du véhicule du Ministre de La Défense et s’est mis à cogner fort, mais vraiment fort, pour ne pas dire cabosser à la main, le véhicule. Ce qui a irrité  le chauffeur et le sergent-chef garde du corps du Ministre de la Défense qui lui ont fait remarquer  son attitude non fraternelle vis à vis de ces collègues frères d’arme. Contre toute attente, avec sa main droite, le policier claque la joue droite du sergent-chef. Une grosse claque sonore et retentissante à plus de 100 mettre de l’épicentre et qui a fait perdre la langue du Sergent-chef mais pas son dernier sens qui lui dirige vers son arme qui pourrait le servir à laver l’affront.

Devant la montée extrême de tension entre les deux éléments de Forces de Défense et de Sécurité (le policier et le sergent-chef) qui a mis tous les badauds en débandade, l’ex libérateur et l’ancien garde rapproché de président BOZIZÉ, le Lieutenant GBADORA, s’’était intervenu en toute urgence pour mettre le policier provocateur en sécurité dans son établissement  situé juste au croisement de lycée Barthélemy BOGANDA.

Si le lieutenant, ex candidat à la législative de l’URCA dans le quatrième arrondissement et homme d’affaires Gbadora n’intervenait pas, un nouveau drame avec ses corollaires serait produit dans la capitale. On est tenté de dire même que le Président TOUADERA avait échappé de peu à un grave incident et  les nombreux élèves présents sur les scènes sans compter les passants pouvaient des dégâts collatéraux issus des différents échanges de tirs.

Depuis le déclenchement de cette crise militaro-politique en 2013 le respect et la discipline n’existent plus au sein de nos Forces de Défense et de Sécurité. Pour une banale discussion verbale, ce sont des armes qui bouclent la discussion. A Bangui, les armes circulent en grande quantité et les incidents de ce genre se produisent régulièrement entre les Forces de Défense et de Sécurité d’un côté et de l’autre entre la population qui détient aussi des armes en attendant le pactole de DDR. Que chacun reste vigilant dans ses actes quotidiens.

Copyright CNC.