Centrafrique : affaire du présumé criminel à la tête du CNOSCA, la saga continue au palais de justice.

Publié le 20 novembre 2018 , 6:11
Mis à jour le: 20 novembre 2018 6:16

gille gilbert grésenguet du cnosca bangui

 

 

Centrafrique : affaire du présumé criminel à la tête du CNOSCA, la saga continue au palais de justice.

 

 

Condamné pour coups et blessures volontaire en première instance par le tribunal correctionnel de Bangui, le sulfureux Gilles Gilbert Gresenguet, qui a fait appel du premier jugement, vient de passer devant ses juges ce mercredi 14 novembre dernier à la cour d’appel de Bangui.

 

Surnommé le Goliath pour les uns et 3G bipolaire pour les autres, monsieur Gilles Gilbert Gresenguet, Secrétaire général du Comité national olympique et sportif centrafricain (CNOSCA), poursuivi en justice dans une affaire des violences et voie de fait, sur son ex-employé monsieur KPAWIYANA Pierre, victime déjà d’un accident de circulation  produit le 29 février 2012,   vient de passer ce mercredi 14 novembre dernier  à 11 heures devant ses juges à la cour d’appel de Bangui après plusieurs mois de refus de se présenter,  comme à l’accoutumée.

Chose étonnante, le Goliath n’était pas seul dans la salle d’audience. À ses côtés,son avocat maître MANDEDJAPOU Fernand le défenseur de droits de l’homme, son petit frère  le Procureur de la République sortant, l’adjoint du procureur général de la cour d’appel et tout son staff du CNOSCA. Une panoplie des personnalités judiciaires au secours du sulfureux 3G pour, soi-disant,  tenter d’influencer le procès.

Le procès de première instance s’était tenu le 23 novembre 2017 et le délibéré le 30 novembre 2017, requalifiant les infractions des violences et voies de fait, en coups et blessures volontaires, le condamne à la peine de huit (8) mois d’emprisonnement assortis du sursis et 100 000 F d’amende et 1 000 000 F de dommages et intérêts.

Ce procès, qualifié par les médias comme un procès  du pauvre et du riche, en appel du 14 novembre 2018 a suivi les premières démarches qui aboutirait à la condamnation de très sulfureux 3 G si nous ne nous trompons pas. La dernière question du président à la victime : Que réclamez-vous ?

Réponse : 35 000 000 FCFA de dommages et intérêts à clos la journée.

Qu’attend monsieur Kpawiyana Pierre du délibéré cette fois-ci ? Ses 35 000 000 F ou un procès équitable qui ne fait acception de personne (Lutte de David contre Goliath).

Cependant, l’avocat du présumé criminel Gilles Gilbert Gresenguet  aurait  dit à  la sortie de l’audience que « c’est un petit problème, les juges sont déjà dans la poche ».

Cette déclaration pourrait confirmer qu’il n’y aurait jamais de justice sous le régime du Président TOUADERA qui avait dit pourtant qu’il est le Président des « pauvres » ?

Le peuple centrafricain voit, regarde et suit ce verdict pour applaudir si le droit a été dit par nos magistrats qui ne sont pas tous des corrompus d’ailleurs.

 

Copyright2018CNC

 

monsieur KPAWIYANA Pierre,
monsieur KPAWIYANA Pierre, victime du 3G. CopyrightCNC