Centrafrique : à l’intérieur de la guerre brutale qui déchire la ville d’ALINDAO.

Centrafrique : à l’intérieur de la guerre brutale qui déchire la ville d’ALINDAO.

 


combattants UPC dans l’une de leurs voitures proche de leur quartier général du centre-ville d’Alindao. Adrienne Surprenant pour Vice-News.

 

 

Bangui, le 30 décembre 2017.

Par : CNC.

 

Solange a plaidé avec son mari Bruno, pour courir alors qu’elle entendait des cris et sentait les maisons des voisins brûler.  Mais il a décidé d’enfermer la famille dans la maison alors que des coups de feu s’approchaient dangereusement d’eux. Les assaillants étaient des combattants de l’UPC d’Ali Darrassa, une faction  rebelle armée de l’ex-coalition de la Séléka. Ils allaient de maison en maison, à la recherche de membres des «anti-balaka», le terme utilisé pour désigner leurs ennemis, les miliciens d’autodéfense.

Bruno a insisté sur le fait qu’il était un volontaire avec la Croix-Rouge locale, pas un combattant. Mais les hommes l’ont tué de toute façon, devant sa femme et ses enfants. “Ils ont tiré sur lui, l’ont tué, et l’ont jeté dans une fosse, avec ses vêtements de la Croix-Rouge”, a déclaré Solange YangaKotto, une mère de sept enfants âgée d’environ  35 ans, détaillant les événements du 9 mai.

les combattants ont organisé des raids de quartier, apparemment en réponse à la présence de combattants anti-balaka à proximité. Les rumeurs selon lesquelles les groupes anti-balaka étaient en train de se réformer pour reprendre la ville  d’Alindao, quelques mois après que l’UPC avait revendiqué la ville comme leur nouvelle base. Comme beaucoup à Alindao, Solange vit dans un camp de fortune pour les déplacés internes, se demandant d’où viendra le prochain repas de sa famille et faisant de son mieux pour les garder hors de portée des milices en guerre qui ont envahi sa ville.

 

 

Solange avec un de ses enfants dans la hutte de fortune qu’ils partagent dans le camp de déplacés de l’église catholique à l’extérieur d’Alindao, en République centrafricaine. Adrienne Surprenant pour Vice News

 

 

La ville rurale autrefois endormie dans l’est de la République centrafricaine a réussi à échapper aux combats interreligieux qui ont plongé une grande partie du pays dans le chaos de 2013 à 2015, mais elle est devenue le centre d’une nouvelle vague de violence caractérisant un conflit qui défie les distinctions habituelles de la guerre civile. Selon les analystes, la crise d’aujourd’hui ne peut pas simplement être reliée aux tensions persistantes entre musulmans et chrétiens. Au lieu de cela, des groupes armés individuels agissant dans leur propre intérêt et sans allégeance définissent de plus en plus les champs de bataille. “La violence est beaucoup plus basée sur les groupes armés qui contrôlent les routes commerciales et les ressources.” ”

Plus de 50% du pays est contrôlé par des groupes armés qui ne se sentent pas responsables des abus qu’ils continuent à commettre”, a déclaré Lewis Mudge, chercheur principal à Human Rights.  Aujourd’hui, “la violence est beaucoup plus basée sur les groupes armés qui contrôlent les routes commerciales et les ressources”, a-t-il ajouté.

Plus d’un demi-million de Centrafricains ont été déplacés à l’intérieur du pays et, au cours des six derniers mois, plus de 60 000 nouveaux réfugiés ont fui  et traverser le le fleuve qui sépare la RCA et la République démocratique du Congo.

La force de maintien de la paix en République centrafricaine a réussi à stabiliser la capitale, Bangui, après plusieurs années de combats sectaires, mais avec des initiatives de désarmement menées par le gouvernement, d’anciens groupes armés prennent le contrôle de vastes territoires et tuent des centaines de personnes. À travers le pays dans le nord-ouest et le sud-est, en particulier, où des ressources précieuses existent.

 

 


combattants UPC dans l’une de leurs voitures proche de leur quartier général du centre-ville d’Alindao. Adrienne Surprenant pour Vice-News.

 

Les factions des groupes ex-Seleka, comme l’UPC, et les anti-balaka ont pour la plupart abandonné leurs raisons idéologiques de se battre et les anciens ennemis forment maintenant des alliances inattendues pour protéger leurs ressources. Ils se disputent le contrôle des principales routes d’accès et des ressources des mines de diamants et d’or. À Alindao, l’UPC contrôle la route principale menant à une mine de diamants artisanale située à proximité. Les barrages routiers mis en place par l’UPC et les groupes armés rivaux ont rendu la ville et les villages voisins presque totalement inaccessibles aux agences d’aide internationales et laissent les PDI dans l’impossibilité de vivre et de travailler.

Les anciens combattants reprennent les armes, répondant aux nouvelles menaces et au vide laissé par le gouvernement. Jean-Claude, un ancien combattant anti-balaka qui a suivi un programme de désarmement en 2015, vivait à Alindao en tant que fermier jusqu’à récemment. Il a déclaré à VICE News qu’il était obligé de se réarmer lorsque l’UPC a commencé ses attaques. “Le gouvernement de notre pays nous a laissé tomber”, a déclaré Jean-Claude. “Nous sommes tombés dans une totale insécurité, nous n’avons pas de forces armées ou de forces armées pour nous défendre, que devons-nous faire pour nous défendre?” Alors que les attaques balaient la campagne, les civils sont de plus en plus vulnérables, pris dans les combats et exposés par le manque de forces nationales et d’institutions étatiques en dehors de la capitale.

Josué Bacaha Nguerendji, un pasteur de 43 ans et récemment arrivé dans un petit camp de déplacés à l’église protestante, dit que sa famille fait face à un choix sinistre: rester indéfiniment dans le camp ou risquer d’être tué en essayant de rentrer chez lui. «Vivre dans le camp est une prison, nous ne pouvons pas circuler librement, nous ne pouvons pas aller où nous voulons, je voudrais que mon village soit libre pour que nous puissions bouger et faire notre travail normalement. allez dans les fermes dans la crainte de rencontrer un mauvais groupe qui peut vous faire du mal », a-t-il dit.

 

Le camp entourant l’église protestante accueille environ 3100 personnes. Les refuges des personnes déplacées sont construits entre les maisons du quartier. Adrienne Surprenant pour Vice News

 

 

Ses craintes sont justifiées. Son petit-fils de 9 ans, Dondedieu («Given by God»), est retourné dans son village en septembre avec ses deux frères aînés pour récupérer des affaires qu’ils avaient laissées lorsqu’ils ont fui. Alors qu’ils traversaient un champ en direction d’Alindao, ils ont été pris en embuscade et abattus par des combattants de l’UPC, selon son grand-père. Ses frères aînés sont morts instantanément. Dondedieu a subi trois blessures par balles et a perdu son bras. Il est toujours soigné dans le seul hôpital de la ville. Josue ne sait pas si ou quand il va quitter le camp, mais il attend néanmoins des nouvelles de calme dans les villages. En novembre, il y avait des raisons d’espérer que le calme reviendrait, après la nouvelle d’un accord de paix entre deux groupes de l’ex-Seleka et le chef des anciennes milices anti-balaka. Mais dans la première semaine de décembre, l’affaire s’est terminée dans une explosion de combats meurtriers à Ippy, une ville au carrefour des routes principales et des mines d’or.

Selon Mudge de HRW, l’accent mis sur les accords de paix et le désarmement a jusqu’ici été inefficace. quel devrait être l’objectif central du gouvernement et de la MINUSCA (la force de maintien de la paix de l’ONU en RCA): la protection de base des civils.

“Les civils sont épuisés. [Et] les principaux moyens d’arrêter les tueries, n’et pas seulement de les déplacer de A à B.  La MINUSCA doit protéger les civils, et deuxièmement, les dirigeants des groupes armés doivent savoir qu’ils seront tenus responsables de leurs actes.

Josue est d’accord. “Ce sont les civils qui souffrent, comme des brins d’herbe pris entre deux combats”, a-t-il dit. «Ils doivent déposer leurs armes, je n’ai rien d’autre à dire.

 

Extrait du réportage de , Julia Steers qui est une journaliste et productrice d’Afrique de l’Est qui couvre la politique et les droits de l’homme et a été soutenue par la Fondation internationale des femmes pour les médias.