Centrafrique : 23 morts dans un affrontement entre le FPRC et le MLCJ à Amdafock.

Publié le 15 juillet 2019 , 6:08
Mis à jour le: 15 juillet 2019 6:08
Des rebelles de l’ex-coalition Seleka en Centrafrique. CopyrightDR.

 

Bria (République centrafricaine) – L’accrochage a eu lieu ce dimanche dans la localité d’Amdafock,  située à environ 60 kilomètres de Birao sur l’axe menant au Soudan voisin, a-t-on appris des sources locales.

 

D’après la même source, l’affrontement entre les deux groupes rebelles a duré plus d’une heure hier avant de reprendre ce lundi 15 juillet dans la matinée.

Le bilan provisoire fait état de 23 morts et de plusieurs blessés dans les deux camps, selon une source médicale.

À l’origine, selon nos informations, un litige opposant les combattants du mouvement des libérateurs centrafricains pour la justice (MLCJ) dirigé par le Ministre conseiller Déya Ntoumou  à ceux du Front populaire pour la renaissance de Centrafrique (FPRC) de Nourredine Adam  concernant des équipements militaires importés depuis la République du  Soudan par les éléments du MLCJ.

Selon le général Semka Abakar du FPRC contacté par CNC depuis  Amdafock, c’est au moins pour la troisième fois que le MLCJ importe des munitions depuis la République du Soudan, en dépit de notre avertissement à ce mouvement de cesser toute importation frauduleuse des équipements militaires, et ce, en vertu de l’accord de Khartoum du 6 février dernier.

Or, dans la journée du dimanche 14 juillet aux environs de 10 heures locales, une équipe du FPRC, à l’entrée d’Amdafock, a mis la main sur un colis contenant des munitions de guerre importées par le MLCJ. Sur ordre du général Semka Abakar, le colis est mis sous scellé et confisqué par le FPRC.

Rentrant à Birao Bredouilles, les éléments ont expliqué à leurs chefs que les produits qu’ils ont achetés au Soudan sont bloqués par les éléments du FPRC à Amdafock.

Très mécontents de la nouvelle, des combattants du MLCJ ont réquisitionné une vingtaine des motos auxquelles ils se sont massés pour se rendre à Amdafock afin de récupérer de force leurs munitions confisquées par le FPRC.

Justement, c’est à ce niveau que l’affrontement a eu lieu entre les deux groupes faisant au moins 19 morts du côté MLCJ et 4 côtés FPRC.

Un bilan encore provisoire du moment où le combat a également fait de nombreux blessés graves dans les deux camps.

Au même moment, à Bria, dans la haute Koto,  la tension monte d’un cran depuis lundi soir, poussant le FPRC à interdire toute entrée des véhicules dans la ville.

Pour l’heure, le chef de guerre Abdoulaye Hissen, depuis sa ville de Ndélé,  est le seul à mener des négociations au téléphone entre les belligérants à cesser toutes hostilités dans la région.

 

Moïse Banafio

Correspondant du CNC dans le grand-

nord.

Copyright2019CNC.