Catastrophe ferroviaire d’Eseka : Camrail condamné pour homicide involontaire

Publié le 27 septembre 2018 , 3:26
Mis à jour le: 27 septembre 2018 3:26
Passenger escape the site of a train derailment in Eseka on October 21, 2016.
Fifty-three were killed and over 300 injured when a packed Cameroon passenger train derailed on October 21 while travelling between the capital Yaounde and the economic hub Douala, state broadcaster Crtv said. The train, crammed with people due to road traffic disruption between the two cities, left the tracks just before reaching the central city of Eseka, Transport minister Edgar Alain Mebe Ngo’o said earlier.
/ AFP PHOTO / STRINGER

 

 

Catastrophe ferroviaire d’Eseka : Camrail condamné pour homicide involontaire

 

 

 

Le tribunal de première instance d’Eseka a rendu son verdict aujourd’hui. Mais la filiale du groupe Bolloré conteste et va faire appel.

La Camrail Railway (Camrail), filiale du Groupe Bolloré a été reconnue coupable « homicide involontaire » aujourd’hui par le tribunal de première instance d’Eseka.

Cette juridiction rendait le premier verdict de l’affaire de la catastrophe ferroviaire d’Eseka survenue le 21 février 2016. Le tribunal a condamné 11 personnes à des peines de prison avec sursis.

Parmi celles-ci, l’ex-directeur général de Camrail qui a écopé de six mois avec sursis. Si la majorité des peines allant de trois à six mois étaient avec sursis, le conducteur du train quant-à-lui a été condamné à cinq ans d’emprisonnement ferme.

Ce dernier depuis la catastrophe reste introuvable. Dès que le verdict est tombé, Camrail a vivement contesté. Le transporteur ferroviaire évoque « l’absence d’expertise qualifiée et de compétence ».

La décision a été saluée par la partie civile qui regrette toute de même que le tribunal ne s’est pas prononcé sur la question des dommages et intérêts des victimes.

………..

 

Par : N. Mballa, CNC.

Aucun article à afficher