Caritas Centrafrique menacé à la suite d’abus sexuels

Publié le 3 février 2020 , 10:50
Mis à jour le: 3 février 2020 10:50

36421760_304.jpg

Caritas Centrafrique menacé à la suite d’abus sexuels

Bangui (République centrafricaine) – 3 févr. 2020 22:50

Le père Luk Delft, établi en Centrafrique depuis 2013, avait officié pendant deux ans à Kaga Bandoro, une ville située dans le Nord du pays, avant d‘être nommé en 2015 secrétaire exécutif national de l’association Caritas en Centrafrique.
Le prêtre avait été condamné en Belgique pour pédophilie. Libéré, il est parti travailler pour Caritas en Centrafrique où il aurait encore abusé d’enfants. Depuis plusieurs semaines, les activités de Caritas fonctionnent au ralenti car les soutiens financiers n’arrivent plus depuis que cette affaire a été révélée. 
Dans le site ATIB à Bimbo, (ouest de Bangui), qui accueille les victimes des inondations d’octobre dernier, les rires des femmes bénéficiaires de l’aide de la Caritas cachent mal les douleurs d’une population qui, depuis plusieurs semaines, ne mange pas à sa faim ou ne peut se soigner lorsqu’elle tombe malade. Caleb, un des sinistrés du site témoigne. ” Caritas nous a aidé dans des moments difficiles. Caritas nous a amenés des bâches, des couvertures, des ustensiles et même des vivres. Cela va faire un mois qu’on ne reçoit plus d’aide ni financière ni matérielle ” se lamente Caleb.
Les populations civiles grandes victimes de la faiblesse des appuis financiers à la Cariatas
Situation difficile pour Caritas
L’assistance à ces sinistrés est aujourd’hui réduite de moitié, conséquence des mesures conservatoires prises par les partenaires qui ont préféré suspendre leurs financements à Caritas Centrafrique.
Pour Fiacre Sieng chargé de communication à la Caritas diocésaine de Bangui, “Caritas Bangui intervient dans plusieurs domaines : dans le cas des catastrophes naturelles et, si le pays est en situation de conflit. Suite aux dernières inondations, on avait prévu d’aider au moins 1.000 sinistrés. Mais on n’a pas pu atteindre cet objectif parce que les partenaires ont suspendu leurs partenariats et on n’a plus de financement”, dit le responsable communication à la Caritas.
Un Centrafricain dans un camp pour réfugiés
Un coup dur pour le personnel de l’institution qui, en plus du manque d’argent, doit affronter les questions et les reproches de la population.
L’abbé Alain Bienvenu Bangbanzi est le secrétaire national de Caritas Centrafrique : “Les activités pour la plupart sont au ralenti, les salaires ne sont plus payés et certains de nos collaborateurs sont tentés d’aller trouver mieux ailleurs. D’autres  sont aujourd’hui stigmatisés et l’organisation aussi est l’objet de stigmatisation parce que beaucoup pensent que Caritas est devenue une structure de péché et qu’il ne faut pas s’approcher de nous.”
En octobre dernier, la conférence des évêques de Centrafrique a déposé une plainte auprès du Parquet de Bangui contre ce prêtre. Une procédure qui pourrait se greffer à celle entamée par la justice belge qui a condamné dans un premier temps le père Delft à 18 mois de prison avec sursis.

Avec DW français

Aucun article à afficher

3 Commentaires

  1. Bonjour à tous !
     Je suis porteur d’affaires dans une grande banque de financement international et de prêt. Je suis en mesure de vous trouver un prêt ou un financement allant de 2000 à 250.000 euros pour un taux de 3% avec des conditions qui vous faciliteront la vie pour le remboursement. Quelque soit où vous êtes dans le monde entier, je peux vous aider. Expliquez-moi vos problèmes et vos besoins financiers.
     Merci de me contacter par : bienvenu.le@gmail.com

     A très bientôt !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here