Burkina Faso : Un garde forestier tué dans une embuscade dans l’Est

Publié le 25 mai 2019 , 9:01
Mis à jour le: 25 mai 2019 9:01

 

Un agent des eaux et forêts a été tué jeudi soir au cours d’une embuscade contre une patrouille dans une réserve dans l’est du Burkina Faso, en proie à des attaques djihadistes récurrentes, a annoncé le ministère de l’Environnement.

“Le 23 mai, aux environs de 17 heures, une patrouille mixte de sécurisation des aires de faune de la région de l’Est, composée des éléments des Forces armées et des Eaux et forêts est tombée dans une embuscade à la périphérie de la réserve de faune de Wamou”, indique un communiqué publié vendredi.

“Cette attaque a occasionné malheureusement la mort d’un agent des Eaux et forêts en service au poste forestier de Natiaboani”, localité située dans la province du Gourma, précise le communiqué.

Un hommage devait être rendu vendredi à ce “valeureux défenseur de la nature tombé sur le champ de bataille”, avant l’inhumation au cimetière de Fada N’Gourma, chef-lieu de la région de l’Est.

Le Burkina Faso est confronté depuis quatre ans à des attaques de plus en plus fréquentes et meurtrières, attribuées à des groupes djihadistes, dont Ansarul Islam, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) et l’Etat islamique au grand Sahara (EIGS).

D’abord concentrées dans le nord du pays, ces attaques ont ensuite visé la capitale et d’autres régions, notamment l’Est. Elles ont fait depuis 2015 plus de 400 morts, selon un comptage de l’AFP.

Jusque-là, les forces de sécurité burkinabè ont échoué à enrayer la spirale de violence malgré l’annonce de nombreuses opérations, dont la dernière menée à l’est et au centre-est avait permis la réouverture de plus de 200 écoles sur plus d’un millier fermées suite aux menaces djihadistes.