Bangui : Samba-Panza et Démafouth derrière le mécontentement de la Séléka?

(Corbeau News Centrafrique)

000_Par2323346_0

Bangui : Samba-Panza et Démafouth derrière le

mécontentement de la Séléka?

Bangui, (C.N.C), 04-30-2016

Depuis le départ du pouvoir du clan Panza-Démafouth, les rumeurs sont distillés à Bangui via SMS qu’une possible descente sur Bangui des ex-séléka et que derrière ces mouvements se retrouvent le couple Samba-Panza- Démafouth.
Bangui Capitale des rumeurs, Bangui ville qui transforme les rumeurs en réalité. Telle est la réalité des inquiétudes de la quasi-totalité des Centrafricains.
Depuis le départ sous contrainte de Catherine Samba-panza du pouvoir le 30 mars dernier, son nom et ceux de ses proches collaborateurs ne cessent de surgir dans les dossiers très sulfureux qui sont entrain de de dépoussiérer par-ci, par-là par certains agents de l’État très vigilants à l’&poque notamment les nombreux dossiers de détournement des deniers publics dont celui de don angolais, d’achats illégaux des biens mobiliers et immobiliers et d’achats et ventes des nombreux biens appartement à l’Etat.
Madame Samba-Panza Catherine, ancienne Présidente de transition (2014-2016) menacée de poursuite judiciaire pour des faits précités trouve mieux de perturber à nouveau le pays afin que son parrain politique Djotodja ou Noureddine Adam revienne au pouvoir car, selon elle, le Président Touadera n’a pas respecté le pacte de non-agression qu’il a lui-même signé avec elle. « Maman, il a abrogé en plus votre décret me nommant Ambassadrice, c’est un crime de haute trahison », la disait sa fille, sa secrétaire particulière et son Ambassadrice et non notre Ambassadrice au pays de Teodoro Obiang Nguema Mbasogo.
Rappelons à nos chers lecteurs que l’accord de protection judiciaire signé secrètement et dont CSP prône depuis ces derniers jours prévoit, selon plusieurs sources, une protection judiciaire complète (sur leur personne et sur leurs biens) pour elle et de son entourage lorsqu’ils quitteront le pouvoir. Mais depuis quelques jours, la Président Touadéra , non seulement , menace d’abroger l’ensemble des décrets présidentiels qu’elle a signés (chose faited’ailleurs pour le décret nommant sa fille Ambassadrice en Guinée Équatoriale) mais également la poursuivre devant la Justice pour crime économique.
Si l’homme prudent voit le mal et se met à couvert, la femme aussi peut voir le mal de loin et peut aussi se mettre à couvert, disait-elle à son entourage. C’est ce que je faisais, réplique l’oncle Démafouth. Et pour se mettre à couvert, il nous faut de la poussière et du vent, Patronne, la stratégie de « Dodoro », réplique un ex-conseillé. La poussière ne peut venir que du Nord, poursuit-il, avec les éléments des ex-séléka.
Voilà les raisons de ces bruits dans le Nord. Et dans l’autre Nord, la CPJP est en conclave. Madame Samba-Panza Catherine et Monsieur Jean jacques Démafouth actionnent leurs nombreuses relations au sein de séléka qui ont commencé à poser leurs jalons : Non reconnaissance du gouvernement Sarandji 1 et pas DDR tandis que le Minsitre Sayo est en tournée dans son fief.
Dans les rues de Bangui les Centrafricains se demandent si vraiment le couple Panza-Démafouth aime-t-il vraiment leur pays? Que cherche-t-il réellement? Ça sera devant la justice que ce couple maléfique rendra compte au peuple de leur geste diabolique.

 

Bangui, Gisèle Moloma pour CNC