Bangui / faits divers : décès d’un enfant de six ans après avoir été injecté par son père.

Illustration du marché Tékpa à la cité Jean-23, dans le quatrième arrondissement de Bangui. Crédit photo : Mickael Kossi / CNC.
Illustration du marché Tékpa à la cité Jean-23, dans le quatrième arrondissement de Bangui. Crédit photo : Mickael Kossi / CNC.

 

 

Bangui (République centrafricaine) – La jeune victime, âgée de six ans, a été enterrée discrètement par son père biologique dans la nuit du dimanche à lundi, sans la présence de sa mère biologique, dans la ferme familiale de son grand-père, Monsieur Jacque,  à Mpoko.

 

En effet, selon les proches de la famille interrogées par CNC, les parents de la jeune victime, domiciliées au quartier Nguinda derrière l’hôpital AMITIÉ, se sont divorcés depuis plusieurs mois, et c’est la mère qui a la garde de l’enfant depuis le premier jour de leur séparation.

Mais le dimanche 12 janvier, vers 18 heures, leur première fille, mademoiselle Wayangué,  âgée de six ans, faisait la crise du paludisme. En panne d’argent, la mère ramène la petite chez son papa pour que celui-ci prenne sa responsabilité en tant que père.

Malheureusement, le père, de son côté, se dit aussi en panne de liquidité. Vers 20 heures, il sort devant l’hôpital AMITIÉ et consulte les pharmaciens ambulants qui lui ont prescrit une injection pour sa fille.

Incroyable que cela puisse paraître, le papa, qui venait d’acheter les produits proposés par les pharmaciens ambulants, tente en vain d’injecter sa fille sur son bras, car il n’a pas trouvé sa veine à cet endroit.

Comme si cela ne suffisait pas, il juge mieux de l’injecter sur sa tête. Malheureusement, la fille décède quelques minutes après la piqûre.

Paniqué, Monsieur Gervais Wayangué, le père de la victime, âgé de quarantaine, appelle en urgence son père  Jacques pour lui annoncer la mauvaise nouvelle. Ensemble, ils ont décidé d’inhumer la jeune fille dans la ferme familiale à Mpoko vers 22 heures.

Cependant, la mère de la victime, qui n’a pas été informée, s’est rendue chez son ex pour avoir des nouvelles de la santé de sa fille. Contre toute attente, le père l’informe que sa fille est morte la nuit vers 21 heures, et ils l’ont enterrée dans leur ferme familiale.

Depuis lors, la mère a saisi la justice, et l’affaire est en cours.

Pour l’heure, le suspect est encore libre de son mouvement. Mais pour combien de temps ?

Anselme Mbata

Copyright©2020CNC.