Autonomie des régions anglophones au Cameroun : « encore une déclaration » ?

Publié le 14 novembre 2019 , 4:01
Mis à jour le: 14 novembre 2019 9:02

109633521_gettyimages-biya.jpg

Bangui (République Centrafricaine) – L’annonce par le président Paul Biya d’accorder un statut spécial aux zones anglophones ne fait pas l’unanimité au Cameroun.

Pendant que certains saluent une réaction longtemps attendue, d’autres se posent déjà la question de la pertinence de cette mesure.
La déclaration de Paul Biya va calmer les choses, selon certains
Dans les rues comme parmi les juristes, en zone francophone comme anglophone, les réactions sont diverses et variées.
« C’est quelque chose qu’on reçoit avec la joie dans le Nord-Ouest et dans le Sud-ouest parce qu’on était dans des situations très difficiles. On voulait que le pouvoir [retourne] dans les mains du peuple. On élit des gens qui vont nous rendre compte », a réagi une Camerounaise interrogée par la BBC depuis Bamenda, grande ville du Nord-Ouest du pays.
Comme ici à Mile 16, à Buea en zone anglophone (mai 2019), la crise anglophone a occasionné d’importants dégâts matériels
Une autre d’ajouter que « le simple fait qu’il (Paul Biya) ait parlé en disant qu’ils sont en train de travailler pour donner un statut spécial pour les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, je pense que c’est quelque chose de bien. Même si cela ne va pas résoudre la crise totalement. Ça va quand même calmer les choses. »
Mais le professeur Hilaire Kamga, juriste et expert des questions électorales, lui, craint « une déclaration » de plus.
« En réalité c’est encore une déclaration puisqu’on a là une indication claire du fait que ce statut spécial est encore une vue de l’esprit », déclare-t-il.
« Le fait d’avoir convoqué le corps électoral pour des élections locales alors même que le statut n’a pas encore fait l’objet de débat ou d’encadrement juridique pose un problème ou alors traduit de manière claire la légèreté qui gouverne ceux qui ont ainsi proposéce statut spécial comme étant l’une des solutions aux problèmes anglophones.»
Pour comprendre la crise au Cameroun:
« Voyez-vous, un statut spécial voudrait dire au moins dire deux choses. D’abord du point de vue législatif, la capacité à légiférer sur un certain nombre de dossiers sans avoir à attendre le niveau national; deuxièmement, une large autonomie financière qu’il convient d’encadrer sur le plan légal », explique le professeur Hilaire Kamga.
« Si on veut être sérieux, il va falloir constitutionnaliser ; ça ne peut même pas se faire par une loi ; ça doit se faire par une constitution puisque cela remet en cause d’autres éléments qui avaient déjà été conceptualisés. », suggère-t-il.
Un autre Camerounais a déjà sa proposition pour le contenu à donner à ce statut spécial annoncé:

** Avec AFP**

Aucun article à afficher

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here