Au moins une quinzaine de disparus dans un naufrage sur le lac Kivu

Publié le 10 août 2019 , 5:37
Mis à jour le: 10 août 2019 5:37
Vingt-cinq personnes dont un enfant ont été repêchées après qu’un canot rapide a chaviré dans le lac Kivu. VOA/Charly Kasereka
Vingt-cinq personnes dont un enfant ont été repêchées après qu’un canot rapide a chaviré dans le lac Kivu. VOA/Charly Kasereka

 

 

 

Au moins une quinzaine de personnes sont portées disparues samedi dans un nouveau naufrage sur le lac Kivu, près de Bukavu, dans l’est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris auprès d’un responsable local.

“Une pirogue motorisée qui transportait une centaine de passagers a chaviré sur le lac Kivu. Nous avons déjà enregistré 76 rescapés. Il manque au moins entre une quinzaine et une vingtaine de passagers. Aucun corps n’a été repêché jusque-là”, a déclaré à l’AFP Swedi Basila, ministre provincial des transports et de la communication du Sud-Kivu.

“Les recherches sont en cours pour retrouver les traces des disparus afin d’établir un bilan définitif de cet accident”, a-t-il ajouté, expliquant que “la pirogue motorisée surchargée se rendait à l’île d’Idjwi et s’était cognée contre une grosse pierre à cause de l’imprudence du capitaine avant de chavirer”.

Les accidents sont fréquents sur les cours d’eau de la RDC, en raison de la vétusté des embarcations, de la surcharge des passagers et du fret et de l’absence de balisage. Les bilans sont aggravés par le fait que dans la majorité des cas, les passagers ne portent pas de gilets de sauvetage.

Immense pays d’Afrique centrale de 2,3 millions de km2, la RDC ne compte que très peu de routes praticables. Les déplacements se font donc souvent sur le fleuve Congo, ses affluents et les lacs.

Fin mai, le naufrage d’une péniche avait causé la mort d’au moins 32 personnes sur le lac Mai-Ndombe, dans l’ouest de la RDC.

Mi-avril, le naufrage d’une embarcation entre Goma et le territoire de Kalehe sur le lac Kivu (est) avait endeuillé “142 familles”, selon le président Félix Tshisekedi, qui s’était rendu sur place et avait décrété trois jours de deuil.

A l’occasion, le président congolais avait décidé le port obligatoire de gilets de sauvetage par les passagers voyageant sur le lac Kivu.

 

Avec AFP/VOA