Au moins 10 soldats tués dans une attaque de Boko Haram

Publié le 8 novembre 2019 , 1:09
Mis à jour le: 8 novembre 2019 1:10

E0AFA58E-D9D8-418F-BF22-1B7AD5D8EE5D_w1200_r1_s.jpg

Bangui ( République Centrafricaine ) : 8 nov. 2019 01:09

Au moins 10 soldats nigérians ont été tués, neuf grièvement blessés et 12 portés disparus après l’attaque d’un convoi militaire dans le nord-est du Nigeria, revendiquée par l’Etat Islamique en Afrique de l’Ouest (ISWAP).

“Nous avons perdu 10 hommes dans des combats intenses contre les terroristes qui ont tendu une embuscade à nos soldats”, mercredi, a expliqué jeudi un officier de l’armée sous couvert d’anonymat. “Neuf autres sont blessés et douze sont toujours portés disparus”, a-t-il ajouté.

Le convoi a été attaqué à 06h45 GMT alors qu’il retournait sur sa base à Damboa (Etat de Borno), à 88 kilomètres de Maiduguri, a rapporté une autre source militaire, qui donne le même nombre de victimes.

Les échanges de tirs ont duré près d’une heure, et neuf combattants du groupe djihadiste ont été tués, avant que la colonne de l’armée nigériane ne se replie.

La ville de Damboa, qui se situe à la frontière avec la forêt de Sambisa, est habituellement la région de repli de la faction de Boko Haram dirigée par le leader historique Abubakar Shekau.

Toutefois, l’autre faction rivale du groupe, l’Etat Islamique en Afrique de l’Ouest, ISWAP, a revendiqué cette attaque jeudi, affirmant avoir tué 22 soldats dans le village de Machma, proche de Damboa.

Cette faction de Boko Haram a fait des centaines de morts parmi l’armée nigériane, les milices civiles de protection ou de la force armée conjointe régionale.

Ces dernières semaines, les troupes nigérianes et tchadiennes ont mené de nombreuses opérations militaires dans la région du lac Tchad, faisant pression sur les combattants djihadistes.

Selon des sources sécuritaires, les insurgés ont été forcés de se retrancher vers le Cameroun, notamment dans le district de Kuseri, ou sur les îles qui parsèment le lac Tchad.

Mardi, le gouverneur de l’Etat de Yobe, l’un des Etats du nord-est du Nigeria également touché par le conflit, a appelé au dialogue avec les djihadistes, arguant que la seule force militaire ne mettrait pas fin à l’insurrection.

“Les efforts militaires sont nécessaires, mais nous devons explorer la solution du dialogue”, a déclaré Mai Mala Buni. “Comme l’histoire nous le montre, aucun conflit de cette nature, nulle part dans le monde, n’a pu être résolu avec la force seule.”

Plus de 35.000 personnes ont été tuées dans ce conflit sanglant qui a détruit le nord-est du Nigeria et plus de 2 millions de personnes ne peuvent toujours pas regagner leur foyer en raison de l’insécurité permanente dans la région.

Avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here