Après les menaces, Les policiers décident d’entrer en grève pour trois jours.

Publié le 25 août 2019 , 6:43
Mis à jour le: 25 août 2019 6:43
OCRB bangui pk12 centrafrique le 18 juillet 2019 par micka
OCRB Bangui PK12. CopyrightCNC.

 

 

Bangui (CNC) – Les policiers ont décidé d’entrer en grève de trois jours consécutifs à partir de lundi 26 août 2019, a-t-on appris de source sécuritaire.

 

L’annonce a été faite samedi lors de l’assemblée générale organisée dans la concession de la direction générale de la police au centre-ville de Bangui, capitale de la République centrafricaine, en présence d’important nombre des policiers qui ont répondu présents à l’appel de leur syndicat national.

Selon les syndicalistes policiers, le gouvernement ne semble pas disposer à coopérer avec eux, encore moins répondre favorablement à leurs revendications  malgré des efforts de dialogues qu’ils ont entrepris.

Hors-mis leur récente rencontre avec Firmin NGRÉBADA, les syndicalistes disent n’avoir aucun retour de la part du gouvernement concernant les promesses faites par le Premier ministre. Ce qui explique que toutes leurs démarches ne semblent pas les intéresser.

Ainsi, sur décision de la base, à partir du lundi, tous les policiers doivent rester chez eux pour trois jours consécutifs. Ceci dit, il n’y aura logiquement aucun policier en service à l’aéroport, à la direction d’immigration et émigration, c’est-à-dire au service des passeports, des cartes d’identité, des cartes séjour… Dans les commissariats, ou encore aux frontières terrestres du pays avant jeudi prochain. Même les visites aux prisonniers sont aussi interdites durant la période de la grève.

Cependant, à peine annoncé, le syndicat menace déjà de durcir le ton jusqu’à une grève sauvage avec des barricades si le gouvernement garde toujours son mutisme total.

Une situation exceptionnelle que les Centrafricains doivent prendre en compte en adaptant leur mesure de sécurité personnelle.

 

 

Copyright2019CNC.