APPR-RCA : la Minusca met en garde le chef rebelle Abass Sidiki.

Publié le 4 juin 2020 , 2:33
Mis à jour le: 4 juin 2020 2:33
DeDes combattants rebelles de la Seleka. CopyrightDR
Image d’illustration des combattants rebelles de la Seleka. CopyrightDR

 

Bouar (Corbeaunews-Centrafrique) – Au moment où sa villa de fonction est en pleine réhabilitation, et son retour dans la ville est annoncé pour bientôt en grande pompe par les autorités du pays, la Minusca, mission des Nations unies en Centrafrique, vient de le mettre en garde contre la tendance expansionniste de son mouvement  en violation de l’accord politique pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine (APPR-RCA).

 

« La tendance expansionniste du 3R dans l’ouest de la République centrafricaine viole l’accord politique pour la paix et la réconciliation (APPR-RCA). Cela doit cesser », a déclaré ce mercredi le porte-parole de la Minusca lors de la conférence de presse conjointe Minusca – gouvernement

Cette nouvelle mise en garde de la Minusca intervient une semaine après celle de la semaine dernière où le 3R avait été semé par la Minusca de quitter immédiatement et sans délai la brigade de la gendarmerie de Besson occupée en totale violation de l’accord de paix dont il est l’un des 14 signataires. Faux, rétorque le patron de 3R Abass Sidiki. Dans un communiqué parvenu à la rédaction du CNC, le 3R Demont catégoriquement avoir occupé illégalement la brigade de la gendarmerie de Besson comme avait annoncé la Minusca : « Le Mouvement 3R porte un démenti formel aux allégations non fondées formulées dans un communiqué conjoint MINUSCA /  gouvernement du 26 mai 2020, faisant croire que le mouvement 3R a transgressé l’accord politique pour la paix et la réconciliation en République Centrafricaine (APPR-RCA) en occupant illégalement la brigade de la gendarmerie de Besson », et d’ajouter que  « le Mouvement 3R informe l’opinion nationale et internationale qu’aucun de ses éléments occupe la brigade de Besson.

Entre temps, le 27 mai dernier, au village Koundili, dans l’Ouham-Péndé, des dizaines des combattants rebelles de 3R avaient semé la terreur au sein de la population locale alors que dans les localités de Bokaya (préfecture de l’Ouham-Péndé) et de Koundé (préfecture de Nana-Mambéré),, c’est la psychose qui a gagné la population locale à cause de l’incursion de 3R.

Rappelons que depuis quelques jours, à Bouar, des informations discrètes circulent dans les quartiers faisant état de la présence du chef rebelle Abas Sidiki dans la ville. L’homme serait logé dans la base de la Minusca en attendant la fin des travaux de réhabilitation de sa villa de fonction située au quartier des fonctionnaires à Bouar.

 

Gervais Lenga

Copyright2020CNC

Aucun article à afficher