Alerte info : Mbaïki, sous contrôle des rebelles, la résidence du préfet pillée, le commissaire de la ville en fuite, la population en débandade

Publié le 18 décembre 2020 , 5:08
Mis à jour le: 18 décembre 2020 5:08

 

lors des tirs au sein du stade ominsport

 

Bangui, République centrafricaine, vendredi, 18 décembre 2020 ( Corbeaunews-Centrafrique). Située à 107 kilomètres de Bangui, la ville de Mbaïki, chef-lieu de la préfecture de la Lobaye, vient à son tour de tomber dans les mains de la nouvelle coalition en provenance de Boda. La résidence du préfet a été pillée, et le commandant de la gendarmerie ainsi que le commissaire de police de la ville sont en fuite vers Bangui. Les soldats FACA sont également en fuite vers Bobangui.

Après la prise de Boda par la coalition des rebelles ce vendredi après-midi, c’est le tour de la ville de Mbaïki, la dernière grande ville située à la porte de Bangui.

D’après les témoins contactés par CNC au moment où les rebelles se trouvaient à moins de 5 kilomètres de la ville, les autorités locales civiles et militaires confondues ont déjà plié leurs bagages, suscitant la colère des populations qui ont aussitôt pris pour cible le préfet et sa famille. Grâce à l’intervention des forces de la Minusca, le préfet a été escorté vers la base de la Minusca, pendant que le commandant de la gendarmerie ainsi que le commissaire de police locale ont précipitamment quitté le lieu pour Pissa d’où ils doivent attendre les consignes de Bangui. Leurs résidences sont totalement pillées par les populations en colère.

Au même moment, les soldats FACA,  paniqués après la fuite de leurs collègues de Boda, ont aussitôt plié bagage et armes à dos  pour la ville de Bobangui derrière les mercenaires russes.

Pour l’heure, la ville de Mbaïki est sous contrôle des rebelles et est désormais sans force de l’ordre ni de défense.

Pendant ce temps, la ville de Boali, s’est vidée de ses habitants qui sont actuellement dans la brousse, et l’ancien Premier ministre Simplice Mathieu SARANDJI, secrétaire exécutif du parti au pouvoir, et son épouse en campagne à Baoro sont également en fuite pour Yaoundé, au Cameroun. Leurs enfants et certains de leurs effets personnels ont été déplacés à un lieu sûr laissant ainsi vide leur maison protégée par quelques éléments de sécurité.

Affaire à suivre…

 

Par Gisèle MOLOMA

Journaliste politique

Alain Nzilo

Directeur de publication

Tel / WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher