AFRIQUE: LA ZONE DU FRANC (BEAC et BCEAO) CFA EST EXTRÊMEMENT EN DANGER

Corbeau News Centrafrique:

Zone franc CFA Afrique

LA ZONE DU FRANC CFA EST EXTRÊMEMENT EN DANGER.

Le deux banques centrales de la zone-franc(BEAC et BCEAO)et la banque centrales des Comores ne semblent pas s’inquiétées du danger imminent qui frappe à leurs portes,aucune alarme déclenchée,le mutisme de deux gouverneurs(Koné pour la BCEAO et Abaga pour la BEAC)de ces deux banques est curieux,pourquoi ne veulent-ils pas prendre leurs responsabilités face à ce danger?Ou attendent-ils l’ordre de Monsieur Draghi de la BCE(Banque Centrale Européenne)avant de réagir?
Autant de questions que leurs réponses dissiperont les doute du fonctionnement de cette monnaie qui est devenue un fardeau et un obstacle.
Toutes les zones qui ont en commun le partage du cfa et son arrimage à l’euro élaboré par une politique de”coopération monétaire”d’un autre âge,risquent elles aussi de connaître une chute qu’elles mettront plusieurs années à se relever.On est pas sans savoir que c’est la France qui maintient en otage toute la zone du franc cfa sous prétexte de l’assurance et gage de convertibilité de cette monnaie aux devises étrangères.Déjà la maison mère est en zone de forte turbulence et,est sérieusement menacée,ce n’est un secret pour personne que la France est en panne,selon beaucoup d’observateurs et analystes aussi bien des français que des étrangers de la politique économique,la France serait au bord du crash et elle ne veut pas voir cela et les choses ne s’arrangent pas.Les faits parlent d’eux-même,le chômage s’aggrave,le pays s’étouffe sous le poids de la dette,le top des tops de symbole et sanctuaire du capitalisme le”WALL STREET”parie sur l’effondrement de la France et si ce pays s’effondre comme ils l’ont prédit,toute la zone franc va suivre dans l’effondrement,parce que les 15 pays africains qui utilisent le cfa y compris les Comores sont liés économiquement et financièrement à la France,c’est un tracteur avec une remorque,la chute de tracteur entraînera indubitablement celle du remorque,et les conséquences seront catastrophiques pour les pays africains déjà en difficulté avec l’épidémie d’Ebola,les conflits et les fuites des capitaux.
Il est temps que les gouvernants,les techniciens en finances et les acteurs politiques de ces pays là se penchent rapidement sur cette question avant”l’apocalypse”,car la bonne gouvernance est aussi cela,les autres parties du monde nous ont emboîté les pas,si une voiture est amortie et qu’elle constitue un danger,il faut la changer avant l’accident,c’est question de bon sens.VAUT MIEUX PREVENIR QUE GUERRIR.

Par:  DANGABO MAMADOU Sanislas