Affaire des « 40 millions des Chinois », le député Mandaba s’en prend à l’honorable Martin Ziguélé.

Publié le 24 octobre 2019 , 6:14
Mis à jour le: 24 octobre 2019 6:14
Député Jean-Michel Mandaba
Député Jan-Michel Mandaba

 

Bangui (République centrafricaine)| CNC – à l’ouverture du débat sur une probable levée de son immunité parlementaire à l’Assemblée nationale ce mercredi 23 octobre, le député de Bamingui Jean-Michel Mandaba s’en prend violemment à son collègue député, président du parti MLPC l’honorable  Martin Ziguélé, a constaté sur place un journaliste de Corbeaunews-Centrafrique (CNC).

 

Si le président de l’Assemblée nationale, le très honorable  Moussa Laurent Gon-Baba n’était pas intervenu pour stopper l’attaque verbale du député Jean-Michel Mandaba, contre son collègue Martin Ziguélé, le clash aurait de l’être violent dans l’hémicycle entre le député de Bamingui et le groupe parlementaire MLPC dont les députés faisaient bloc derrière leur président Martin Ziguélé.

 

À en croire député de Bamingui Jean-Michel Mandaba, le rapport d’enquête parlementaire dans lequel il avait été accusé d’avoir touché des pots-de-vin de 40 millions de francs CFA pour faciliter l’obtention d’un permis minier à des sociétés chinoises serait l’œuvre du parti MLPC, en l’occurrence du député Martin Ziguélé, président dudit parti.

Du côté du MLPC, on parle d’une mauvaise disposition d’esprit, pour ne pas dire une simple provocation inutile de la part du député Mandaba, par ailleurs ancien secrétaire général de leur parti.

Cependant, le député du MLPC de la circonscription de koui, Eusèbe Ngaïsse, choqué par les propos de son collègue Jean-Michel Mandaba, a failli se battre avec lui en pleine séance au sein de l’hémicycle. Grâce à l’honorable Gina Sanzé, députés de Dékoua, les deux belligérants se sont séparés sur un ton moins cordial.

Pour rappel, le député Jean-Michel Mandaba, qui a par ailleurs avoué publiquement le 19 juillet dernier devant ses paires députer qu’il avait perçu bel et bien les 40 millions de francs CFA de la part des exploitants miniers chinois, avait démissionné avec effet immédiat de son poste du président de la commission ressources et environnement de l’Assemblée nationale.

Selon la commission d’enquête sur l’affaire, il doit être traduit devant la haute cour de justice si son immunité parlementaire sera levée dans les prochains jours.

 

 

Copyright2019CNC.

Aucun article à afficher