Affaire de 137 millions, le PM Firmin NGRÉBADA en France depuis une semaine.

route dégradée mbaïki boda dans la lobaye
Le Premier ministre Firmin Ngrebada à Bangui, en janvier 2019 lors de l’organisation préparatoire des pourparlers de Khartoum. CNC

 

Affaire de 137 millions, le PM Firmin NGRÉBADA en France depuis une semaine.

 

Bangui (République centrafricaine) – CNC – bien mal acquis, la saga continue pour le Premier ministre Firmin NGRÉBADA. En séjour depuis une semaine à Paris, l’homme de 137 millions  espère débloquer l’affaire avant son retour à Bangui prévu vendredi prochain.

 

Convoqué par le TRACFIN, un organisme du ministère français de l’Économie chargé de la lutte contre la fraude, le blanchiment d’argent et le financement  du terrorisme, le Premier ministre Firmin NGRÉBADA se voit contraint de se rendre en France juste après la célébration en différé de la journée mondiale de l’alimentation 2019 (JMA-2019) tenue à Bambari le 19 novembre dernier. En séjour à Paris, l’homme navigue dans le transport en commun entre le pôle financier français et le siège social de l’institution financière réceptrice de 137 millions de francs CFA qu’il avait envoyés  pour l’achat d’un pavillon en France et interceptés par TRACFIN.

Depuis une semaine, l’homme tente en vain auprès des autorités françaises et du TRACFIN le déblocage de son argent. Il aurait sollicité le concours d’un avocat parisien pour l’aider dans l’affaire,  mais les deux ont du mal à convaincre les enquêteurs qui demandent au passage  les bulletins de paie du Premier ministre pour les cinq dernières années. Une histoire de calculer le montant exact de son salaire officiel comparativement au montant envoyé en France.

D’après un cadre financier contacté par CNC, dans ce genre de cas, la banque qui reçoit les fonds fait une demande concernant l’origine des fonds à la banque émettrice, à l’étranger ou France. En l’absence de justifications claire,  TRACFIN est saisi et l’affaire devient politique avec les autorités.

Pendant ce temps, à Bangui, son retour est très attendu, surtout concernant le dossier du comité d’appui au processus électoral qu’il a mis en place et largement critiqué par la classe politique centrafricaine.

Convoqué à l’Assemblée nationale mercredi prochain, le Premier ministre sera finalement présent à Bangui vendredi prochain. Ceci dit, il ne pourra logiquement se présenter devant les élus de la nation ce mercredi.

 

Affaire à suivre…

 

Copyright2019CNC.