Centrafrique : le chef rebelle du groupe 3R justifie l’achat de quatre nouveaux pick-up par son mouvement.

Publié le 19 avril 2018 , 1:15
Mis à jour le: 19 avril 2018 2:05

Centrafrique : le chef rebelle du groupe 3R justifie l’achat de quatre nouveaux pick-up par son mouvement.

 

 

 

 

Le général Sio du groupe 3R. Credit photo : CNC Gervais Lenga.

 

Bouar, le 20 avril 2018.

Par : Gervais Lenga, CNC.

 

Par la voix de l’un de ses généraux autoproclamés, le groupe rebelle des 3R, qui a récemment créé la panique au sein de la population de Bocaranga et de Koui en réceptionnant quatre nouveaux pick-up lourdement armés, vient de démentir publiquement les rumeurs qui faisaient état de son ambition à ne pas respecter l’accord de paix signé avec la milice Anti-balaka au début d’année.

 

Sur les antennes de la radio locale Siriri  de la Nana-Mambéré le mercredi dernier, le général du 3R Sio, porte-parole du mouvement, disant-le, déclare que son organisation criminelle , pour des raisons de sensibilisation pour la paix dans le pays conformément à l’accord signé avec la milice Anti-balaka de la région, a reçu ce dernier temps effectivement quatre nouveaux véhicules pour le déplacement de ses hommes. Il dément par contre les allégations dans lesquelles, on lui a prêté l’intention de reprendre les hostilités contrairement à l’accord qu’ils ont signé au début d’année.

Pour le général Sio, le gouvernement était informé de l’achat de ces équipements avant leur arrivée sur le sol Centrafricain.

Selon lui, le groupe 3R est déjà sur la voie de la paix et non des hostilités comme croyaient un bon nombre de nos compatriotes centrafricains.

Cependant, une équipe conjointe 3R-Anti-balaka pour la sensibilisation des combattants de deux groupes au respect de l’accord signé a quitté la ville de Baoro ce mercredi 18 avril pour la commune de Bondiba, proche de la sous-préfecture de Baboua où une base militaire  de la Minusca vient d’être installée ce jeudi 19 avril 2018.

Toujours avec l’appui de la MINUSCA, l’équipe conjointe compte poursuivre leur campagne de sensibilisation dans d’autres villes et communes de la préfecture de la Nana-Mambéré, pourquoi pas dans  l’Ouham-Péndé, selon le général Sio du 3r.

 

 

Copyright2018CNC.