Centrafrique : violents combats en cours au KM5, des Anti-balaka à la rescousse des forces de l’ordre.

Publié le 10 avril 2018 , 12:10
Mis à jour le: 10 avril 2018 6:02

Centrafrique : violents combats en cours au KM5, des Anti-balaka à la rescousse des forces de l’ordre.

 

 

 

 

 

Bangui, le 10 avril 2018

Par :  Anselme Mbata, Cnc.

 

Depuis cet après-midi au quartier PK5 dans le 3e arrondissement de Bangui, des violents combats sont signalés  entre les  miliciens d’autodéfense dudit quartier aux  éléments des forces de défense et de sécurité , appuyés par les forces de défense rwandaise de la MINUSCA et les soldats russes.

D’après une source sécuritaire contactée par CNC, tout a commencé hier nuit par des prises des dispositifs sécuritaires autour de PK5. Et c’est à 13 heures heure locale que l’assaut final a commencé. Plusieurs véhicules transportant des soldats de l’armée nationale sont escortés par des soldats russes venus les former au maniement de leurs armes ont été aperçus en direction de PK5. Une source parle d’au moins 7 instructeurs russes qui appuient techniquement les Faca aujourd’hui.

Joints par téléphone, des habitants des quartiers Castors au nord et Boulata vers le sud du PK5 affirment avoir aperçus des anti-Balaka pré positionné depuis hier nuit dans le but de lancer cet assaut final disent-ils.

D’après une source bien informée, ces éléments anti-balakas sont sous la conduite militaire du boucher de Paoua le capitaine Eugène Ngaïkosset reçu hier en fin d’après midi par le président Faustin Archange Touadera à la présidence de la République. Et c’est à la demande de ce dernier que le capitaine  a pu mettre en action ses hommes, Affirme cette source.

Par ailleurs, des prisonniers de la maison carcérale de Ngaragba dans le 7e arrondissement de Bangui ont brisé le portail principal de la prison dans le but de s’évader. Des tentatives d’évasion, d’après nos informations, ont déjà couté la vie à cinq prisonniers. Par peur de mourir, d’autres refusent de tirer leurs grègues.

 

« J’ai l’impression que ces évènements sont bien planifiés et coordonnés dans le but de ternir l’image du président Touadera et le chasser de pouvoir » balance un cadre à la Présidence de la République.

Pour l’heure, les combats à l’arme lourde s’intensifient et les habitants des quartiers environs se vident peu à peu et d’autres terrés chez eux.

Quant au bilan , il est très tôt de le faire en ce moment, mais des sources concordantes parlent de deux chars rwandais  brûlés ainsi que un mort toujours  du côté rwandais de la Minusca.

Côté autodéfense, on parle d’une dizaine des morts et plusieurs habitations détruites.

Entre temps, les civils, exposés directement dans cet affrontement, payent le lourd tribu. On parle de plus de 70 blessés et des morts.

Affaire à suivre.

.Plus de détail dans nos prochaines éditions.

 

 

Copyright2018CNC