Centrafrique : Félix Yépassis-Zembrou, « Message à la jeunesse, aux journalistes et vision d’espoir pour le futur de la République Centrafricaine ».

Publié le 16 février 2018 , 6:28
Mis à jour le: 16 février 2018 6:28

Centrafrique : Félix Yépassis-Zembrou,  « Message à la jeunesse, aux journalistes et vision d’espoir pour le futur de la République Centrafricaine ».

 

 

 

 

 

 

Bangui, le 17 février 2018.

Par : Félix Yépassis-Zembrou, CNC.

 

  1. A la jeunesse Centrafricaine…

 

La jeunesse doit prendre à cœur les études qui sont le socle et la clé du succès sachant qu’elle (la jeunesse) est le fer de lance du développement lequel se traduit par un engagement effectif dans tous les domaines de la vie socio-professionnelle. En un mot, la jeunesse doit comprendre que l’avenir et le devenir du pays est entre ses mains à partir du moment où la génération vieillissante lui a passé le relais. Une mission d’autant plus importante qu’elle doit s’acquitter avec enthousiasme et patriotisme.

 

  1. Qu’est-ce qu’un bon journaliste ?

 

Le journalisme est un métier noble qui requiert beaucoup de qualités : diligence, abnégation, conscience professionnelle doublées d’un esprit de sacrifice à toute épreuve. Un bon journaliste doit être animé par un seul souci : informer selon les règles de la déontologie avec un souci d’objectivité sans faille, un grain d’honnêteté et de savoir-faire tous azimuts. Le journaliste doit faire abstraction de toute considération partisane, égoïste, matérialiste, ethnique, religieuse ou tout autre aspect qui concourt à la dévalorisation du métier. Le journaliste incarne le témoin, susceptible de restituer fidèlement à l’opinion et aussi à la postérité, l’actualité dans toute sa dimension intrinsèque sur les différents aspects de la vie publique.

 

  1. Les travers du journalisme centrafricain…

 

Il est regrettable que de nos jours, certains journalistes véreux foulent aux pieds les règles élémentaires de la déontologie ceci par des comportements rétrogrades qui jettent du discrédit sur l’ensemble de la corporation. certains confrères n’hésitant pas, par cupidité ou amour de gain, à afficher une partialité manifeste quant à la sélection et au traitement de l’information. Des pratiques éhontées qui n’honorent aucunement le métier. D’autres, par manque d’expérience et de formation ou de remise à niveau professionnelle , se livrent à de l’amateurisme tous azimuts au détriment des vrais professionnels des medias, à tel point que tout le monde est mis dans le même sac. En clair, un bon journaliste digne de ce nom, doit faire sans cesse montre de savoir-faire et de professionnalisme aigu dans l’exercice de son métier.

 

  1. Le message que je souhaite faire passer pour l’avenir de la RCA.

 

La RCA, depuis son accession à la souveraineté nationale et à l’autodétermination, peine à se frayer une place dans le concert des pays émergents, à l’instar des autres pays du continent qui ont connu le même parcours, la même histoire, la même destinée. Ceci, non seulement en raison d’un manque de leadership mais aussi d’une volonté politique et d’une vision réelle du développement. Certes, des idées de développement louables sont émises çà et là pendant les campagnes électorales, mais celles-ci tombent en désuétude des lors que l’objectif électoral est atteint. Le nouveau dirigeant reléguant sans gêne à l’arrière-plan, le programme de société pour lequel le peuple l’a élu. Par ailleurs, aujourd’hui, plus d’un demi-siècle après son accession à la souveraineté nationale, la RCA demeure un pays assisté (toute l’aide financière vient de l’extérieur) malgré ses énormes potentialités minières, agricoles, forestières, etc. Certes, la prolifération des groupes armés qui contrôlent quasiment le tiers du territoire national, et l’embargo des Nations-Unies sur le réarmement des FACA n’arrangent pas les choses. Cependant, il convient de mettre en exergue la volonté (commune) d’œuvrer à l’unisson pour le redressement ou la reconstruction d’un Centrafrique nouveau, grand et prospère avec la conjugaison de toutes les forces vives de la nation. Je demeure convaincu que la RCA se relèvera avec l’apport d’une jeunesse dynamique, déterminée et soucieuse de son avenir. Pour cela, il faudra un bon leader au service de la nation.

 

Félix Yépassis-Zembrou

 

Le dernier livre de Félix-Yépassis-Zembrou « Il était une fois ma vie » est une œuvre magistrale. Ce livre offre un nombre incalculable d’anecdotes et de souvenirs qui permettent au lecteur de remonter le temps et de mieux comprendre la République Centrafricaine. Le grand journaliste Félix Yépassis-Zembrou a été amené au cours de sa carrière à s’intéresser à l’ensemble de la société centrafricaine, des membres de la classe politique, aux artistes, aux paysans, aux artisans etc. Il remonte le temps dans son livre passant en revue les régimes et retraçant l’histoire de son pays. Observateur attentif et perspicace, son expérience de l’intérieur donne à son témoignage plein de sagesse, d’espoir et de sincérité une valeur inestimable.

 

Ce livre à lire absolument est à commander en suivant le lien ici:

https://www.edilivre.com/il-etait-une-fois-ma-vie-felix-yepassis-zembrou.html/